ROUMILHAC Louis, Alexandre

Par Jacques Girault

Né le 4 juillet 1924 à Saint-Amand-Magnazeix (Haute-Vienne), mort le 15 octobre 2014 à La Souterraine (Creuse) ; instituteur en Creuse puis en Seine-et-Oise ; militant du SNI ; militant du PCF, conseiller municipal du Blanc-Mesnil.

Photo de Louis Roumilhac.
Photo de Louis Roumilhac.

Fils d’un meunier et d’une agricultrice, sympathisants des idées de gauche, Louis Roumilhac, (parfois prénommé Alexandre et écrit Roumillac), entra à l’Institut de formation des maîtres de Guéret (Creuse) en 1942. Titulaire du baccalauréat, dispensé du service militaire comme toute la classe 1944, il fut instituteur au Grand-Bourg.

Militant du Syndicat national des instituteurs depuis 1945, secrétaire de la section départementale de la commission des jeunes, il entra par la suite au conseil et au bureau syndical de la section départementale du SNI. Lors des journées des Jeunes du SNI à Limoges, les 5-6 avril 1950, il intervint après le rapport de Denis Forestier, pour constater le décalage entre actions nationales et départementales. Il préconisa l’organisation d’une grève pour faire avancer les revendications des jeunes. Parallèlement, il était membre de la commission administrative de la section de la FEN-CGT jusqu’en 1954.

Roumilhac adhéra au Parti communiste français en janvier 1946 à Moulins (Allier) et fut secrétaire de la cellule communiste de l’ENI de Guéret. Nommé au Grand-Bourg en 1948, il fut le secrétaire d’une cellule du PCF et du bureau de la section communiste de Grand-Bourg. Il entra au comité de la fédération communiste en 1952 et suivit le stage organisé par le PCF pour les instituteurs communistes. Responsable de la diffusion en Creuse de L’Ecole et la Nation, il fut proposé pour le bureau fédéral en 1957.

Roumilhac fut candidat aux élections municipales du Grand-Bourg en 1953 et au Conseil général en 1955.

Il se maria en juin 1954 au Grand-Bourg avec Ginette Simonnet, fille d’agriculteurs, communiste, militante du Mouvement de la Paix. Pour que son épouse puisse entrer dans l’enseignement, la région parisienne étant déficitaire en postes d’instituteurs et d’institutrices, en septembre 1959, Roumilhac et son épouse quittèrent la Creuse avec leurs deux filles, pour Corbreuse par Dourdan (Seine-et-Oise-Essonne). Après avoir enseigné à Sannois et à Garges-les-Gonesse, installé au Blanc-Mesnil en 1960, il termina sa carrière, en 1981, comme directeur de l’école Jacques Decour au Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis) où il avait été nommé en 1970.

Militant communiste, élu conseiller municipal du Blanc-Mesnil en 1971, il participa aux commissions de l’enseignement (enfance inadaptée), des affaires culturelles (relations avec les établissements d’enseignement), des restaurants scolaires. Membre du comité d’administration de la Caisse des écoles, rapporteur de la commission des récompenses, il représenta le conseil municipal au comité constitutif de la bibliothèque. Réélu sur une liste analogue en 1977, il fut membre des commissions de l’urbanisme, des travaux, des services publics, de l’enseignement, des affaires culturelles, fêtes et cérémonies, des restaurants scolaires. Il représenta le conseil municipal au conseil d’administration de la caisse des écoles (rapporteur de la commission récompenses), au comité consultatif de la bibliothèque, aux comités de parents d’élèves de l’école primaire Jacques Decour (suppléant), de l’école maternelle Paul Eluard (titulaire). Représentant suppléant du conseil municipal au syndicat d’équipement et d’aménagement du Pays de France et de l’Aulnoye, il était aussi membre suppléant du groupe de travail chargé de l’élaboration du plan d’occupation des sols.

Réélu à nouveau en 1983, il fut inscrit dans les commissions de l’urbanisme, des travaux, de la Solidarité, de l’enseignement, des restaurants scolaires, de la commission chargée de l’accueil, de l’information et de l’orientation des jeunes de 16 à 18 ans. Membre du comité de révision de la liste électorale, il représenta le conseil municipal au comité consultatif de la bibliothèque, aux comités de parents d’élèves de l’école maternelle Jean Jaurès comme suppléant, de l’école primaire Jean Baptiste Clément (titulaire), comme suppléant au SEAPFA. Il fut aussi membre du conseil d’administration de la Caisse des écoles. Il ne se représenta pas en fin de mandat.

Retraités, Roumilhac et son épouse se partagèrent entre la Creuse et Le Blanc-Mesnil. Il milita activement à l’Union nationale des retraités et personnes âgées et dans l’amélioration des conditions de séjour des établissements pour ces personnes âgées. A la fin des années 1990, ils s’installèrent définitivement en Creuse où il devint Délégué départemental de l’Éducation nationale. Il adhéra au Musée départemental de la Résistance et de la Déportation de la Creuse. Après le décès de son épouse en 2008, il entra dans une maison de retraite à La Souterraine où il continua à militer pour améliorer les conditions de séjour.

Ses obsèques civiles se déroulèrent au Grand-Bourg, le 20 avril 2014.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article170857, notice ROUMILHAC Louis, Alexandre par Jacques Girault, version mise en ligne le 23 février 2015, dernière modification le 10 juillet 2015.

Par Jacques Girault

Photo de Louis Roumilhac.
Photo de Louis Roumilhac.

SOURCES : Arch. Mun. Le Blanc-Mesnil (Françoise Vasseur). — Archives du comité national du PCF. — Notes de Nadine Roumilhac, sa fille. — Divers sites Internet.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément