BOLIVAL Roger, Jean, Alphonse

Par Claude Pennetier

Né le 5 juillet 1908 à Sotteville-les-Rouen (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), mort le 27 octobre 1999 à Saint-Maurice-des-Lions (Charente) ; tourneur outilleur ; militant communiste.

Fils d’un « facteur mixte » et d’une ménagère, Roger Bolival entra le 27 octobre 1930, comme tourneur outilleur à la compagnie des Compteurs de Montrouge (Seine). Il milita activement à la cellule communiste de son entreprise et apparut publiquement comme un animateur à partir de mai 1936. Bolival avait la responsabilité de la commission presse. Il habitait à Montrouge.
Mobilisé au 2e régiment de génie de Versailles puis rendu à la vie civile en août 1940, il reprit le travail le 5 février 1941 en donnant l’assurance de ne plus militer. En fait Bolivar restait en contact avec le Parti communiste. Le 15 juillet 1941, une perquisition à son domicile permit de trouver une brochure : La Vie du parti. L’administration préfectorale décida de le faire interner administrativement.
Marié à Paris XXe arr. en 1935, à Montrouge en 1946 et à Paris IVe en 1950, il mourut le 27 octobre 1999 à Saint-Maurice-des Lions (Charente).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article17105, notice BOLIVAL Roger, Jean, Alphonse par Claude Pennetier, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 20 octobre 2008.

Par Claude Pennetier

SOURCE : Arch. PPo. 89. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément