ROUX Gaston, Roger, Maurice

Par Jacques Girault

Né le 13 mars 1896 à Charleval (Bouches-du-Rhône), mort le 14 septembre 1969 à Claye-Souilly (Seine-et-Marne) ; directeur de la Jeunesse et des Sports ; militant socialiste.

Fils d’un employé, Gaston Roux, caporal dans l’infanterie devenu lieutenant en 1918, participa aux missions militaires en Pologne et au Levant. Officier dans un régiment de zouaves en 1925, puis muté à Versailles en 1927, il suivit un stage à l’école supérieure d’éducation physique de Joinville. En 1928, détaché au cabinet du sous-secrétaire d’État à l’éducation physique, il travailla par la suite avec les divers ministères, dont celui de Léo Lagrange, dont il était le directeur de cabinet et responsable du plan d’équipement sportif de la France. Il retrouva en septembre 1938 l’école de Joinville qui fut fermée lors de la déclaration de guerre.

Commandant dans un régiment d’infanterie, fait prisonnier lors de l’offensive allemande, le 7 juin 1940, il resta en captivité jusqu’au 20 avril 1945. Il participa alors aux activités culturelles dans son oflag.

Gaston Roux se maria en août 1937 à Paris (XVIIe arr.). Divorcé il se remaria en avril 1949 à Paris (XVIe arr.).

Toujours militaire jusqu’en 1949, il fut considéré comme un « fonctionnaire à carrière mixte » jusqu’à sa retraite militaire en 1949 comme colonel de réserve.

Nommé inspecteur général d’éducation physique en juillet 1945, il devint directeur de l’éducation physique et des sports en février 1946 dans le cadre du ministère de l’Éducation nationale chargé de la Jeunesse et des Sports. Après la fusion de cette direction avec la direction de la jeunesse et de l’éducation populaire, il exerça la fonction de directeur général de la Jeunesse et des Sports à partir du 25 novembre 1946. Cette direction fut rattachée successivement au sous-secrétariat d’État à la Jeunesse et aux Sports à partir de juin 1946, puis au ministère de la Jeunesse, des Arts et des Lettres en janvier 1947. Le 25 septembre 1947, elle repassa dans le cadre du Ministère de l’Éducation nationale, d’abord sous l‘égide du sous-secrétariat d’État à l’Enseignement technique, à la Jeunesse et aux Sports. Roux conserva la direction générale de la Jeunesse et des Sports jusqu’en 1958. Pendant cette douzaine d’années, il fut le seul responsable de la politique d’implantation, d’équipement et d’encadrement des colonies de vacances.

En 1958, il fut détaché pour les missions relevant du ministère de l’industrie et du commerce pour trois ans, chargé notamment des œuvres de la jeunesse et des activités sportives des personnels de l’EDF, du GDF et des charbonnages de France.

Gaston Roux était membre du Parti socialiste SFIO. En 1954, Georges Dardel, maire de Puteaux, demanda des subventions pour le camp international des jeunes à Roux, directeur général de la Jeunesse et des Sports qui refusa. L’élu se plaignit par lettre à Guy Mollet, le 29 juin 1954, estimant que « les adversaires communistes, les organisations professionnelles reçoivent de sa part beaucoup plus d’attention ».

Roux participa à la fondation de l’École normale supérieure d’éducation physique en 1945 succédant à l’École normale d’éducation physique et sportive.

Roux collabora à plusieurs ouvrages collectifs sur les spécialités sportives et de la jeunesse. Il écrivit aussi des préfaces (15 notices au fichier de la BNF).

Son nom fut donné au stade de Charleval.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article171181, notice ROUX Gaston, Roger, Maurice par Jacques Girault, version mise en ligne le 2 mars 2015, dernière modification le 2 mars 2015.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat., F 17/ 27895. —Archives de l’OURS, fédération de la Seine. — Divers sites Internet.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément