ROUX Pierre, Antoine

Par Jacques Girault

Né le 13 décembre 1935 à Paris (XIIe arr.) ; professeur en Seine-et-Marne, puis principal de collège ; militant du SNES ; militant du PCF en Seine-et-Marne puis du PS dans le Tarn ; adjoint au maire de Montry (Seine-et-Marne), conseiller municipal du Soual (Tarn)

Pierre Roux
Pierre Roux

Son père, ouvrier coiffeur né en Italie dans la province d’Aoste marié à une Italienne, native de la province de Novara, chassé d’Italie, devint artisan coiffeur à Paris. Pierre Roux, élevé dans la religion catholique, perdit la foi à l’adolescence. Élève du lycée Condorcet, il devint instituteur de 1957 à 1962 à Dugny-Le Bourget (Seine-Saint-Denis). Après son service militaire (1962-1963), il fit fonction de PEGC au cours complémentaire de la rue Didot (Paris, XIVe arr.), titulaire d’une licence de lettres modernes à la Sorbonne et d’un certificat de latin, reçu au CAPCEG, il devint PEGC à Dugny, puis il enseigna dans des collèges d’enseignement secondaire de Seine-et-Marne, Chelles-les-Coudreaux (1968-1971) et de La Ferté-sous-Jouarre (1972-1973). Reçu au CAPES, il fut nommé au CES d’Esbly (Seine-et-Marne). Il était le secrétaire du club de judo la “Fraternelle sportive » d’Esbly.

Membre du Syndicat national des instituteurs, il adhéra au Syndicat national de l’enseignement secondaire et devint le secrétaire de la section syndicale (S1) d’Esbly.

Il devint alors principal de CES, successivement au collège Jean Moulin à Montreuil (Seine-Saint-Denis) de 1977 à 1982, puis au collège Jules Ferry à Villefranche-de-Lauragais (Haute-Garonne) de 1982 à 1987, enfin au CES Les Cèdres à Castres (Tarn) de 1987 à sa retraite en 1996. La presse signalait les innovations qu’il avait introduites dans ces établissements (rôle du conseil d’administration, renouveau pédagogique, foyer socio-éducatif avec de nombreuses activités, ouverture culturelle, musique, théâtre.) Membre du Syndicat national des personnels de direction de l’Éducation nationale, il fut le secrétaire départemental de l’organisation dans le Tarn.

Membre des Jeunesses communistes et du Parti communiste français depuis 1957 à Paris dans le Ier arrondissement, il vint habiter Montry en Seine-et-Marne et fut membre du bureau de sa cellule et du comité de la section communiste. Élu conseiller municipal et adjoint au maire, sans délégation, de Montry en mars 1977, il fut membre des commissions de l’urbanisme, de l’école et des sports. Candidat aux élections cantonales à Crécy-en-Brie, il quitta le PCF en 1979 (« Il arrive un moment où les couleuvres ne peuvent plus être digérées »). Membre du Parti socialiste de 2005 à 2007, il fut conseiller municipal de Soual de 2001 à 2012, membre des commissions de l’environnement, des affaires sociales et sociales.

Il se maria uniquement civilement en novembre 1957 à Paris (Ier arr.) avec Annick Demay, militante communiste, libraire au Centre de diffusion du livre et de la presse, rue Racine à Paris (VIe arr.), dont le père était mort au front en 1940 et la mère était aide-soignante à l’Assistance publique. Le couple eut deux enfants qui ne furent pas baptisés puis se sépara en 1988.

Retraité, il exerçait des responsabilités dans la section départementale de l’Association pour adultes et jeunes handicapés, membre du conseil d’administration depuis 1997 et président de 2005 à 2007.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article171188, notice ROUX Pierre, Antoine par Jacques Girault, version mise en ligne le 2 mars 2015, dernière modification le 27 mars 2021.

Par Jacques Girault

Pierre Roux
Pierre Roux

Iconographie : Pierre Roux en 1995-1996

SOURCES : Arch. Mairie de Montry. — Archives du comité national du PCF. — Renseignements fournis par l’intéressé. — Note de Marc Baudin.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément