DUJOURD’HUI John, Jean, Joseph dit Jeannot

Par Annie Pennetier

Né le 18 mars 1922 à Annecy (Haute-Savoie), mort sous la torture des policiers français de la SPAC le 9 avril 1944 à Annecy (Haute-Savoie) ; mécanicien ; résistant .

Fils de Maxime Luc Dujourd’hui, mécanicien, et de son épouse Marguerite Camuzat, ménagère, John Jean Dujourd’hui travaillait comme mécanicien. Il habitait Cran-Gevrier (Haute-Savoie).
Il entra en résistance en suivant François Servant (Simon) qui devint chef de maquis. Il sauva un pilote de l’aviation britannique le 15 août 1943 à Meythet. Membre du corps-franc Simon, il fit ensuite partie, sur le plateau des Glières, de la section d’éclaireurs-skieurs commandée par Lambert Dancet. Fait prisonnier par la Milice, le 27 mars 1944 à Thorens, torturé, il fut interné au quartier Desaix à Annecy. Les policiers de la SPAC, Sectionde l a police anticommuniste le transférèrent à leur siège, l’Intendance bâtiment attenant à la caserne de Galbert où il mourut sous la torture. Auguste Chappet dit Ben, détenu à l’Intendance, témoigna des atrocités qui s’y pratiquaient, de la mort de Jeannot « la moitié inférieur du corps paralysée », et de celle de Paul Buhlmann.
Inhumé à la Nécropole militaire nationale de Morette-les Glières, son nom est inscrit sur le monument aux morts de Thorens-Glières, et à Annecy, sur les plaques commémoratives de l’hôtel de ville et une plaque apposée à l’Intendance honore John
Dujourd’hui et Paul Buhlmann.
Pour le premier anniversaire de la libération d’Annecy le 19 août 1945,une plaque a été apposée à l’Intendance : « Ici en 1944 des patriotes ont été torturés et assassinés par des miliciens fascistes du Gouvernement de Vichy. » John
Jean Dujourd’hui l a été reconnu « Mort pour la France ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article171271, notice DUJOURD'HUI John, Jean, Joseph dit Jeannot par Annie Pennetier, version mise en ligne le 5 mars 2015, dernière modification le 15 avril 2020.

Par Annie Pennetier

SOURCES : AERI-Haute-Savoie. — Michel Germain, Si l’écho de leur voix...A la mémoire des internés de la Grange Allard (Allinges), du Savoie-Léman (Thonon-les-Bains) et de l’Intendance (Annecy). Haute-Savoie 1944. AFMD DT74. 2012 .P.21 et 38 . — Mémorial GenWeb. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément