ANDRY Léon, Victor

Par Didier Bigorgne

Né le 26 juillet 1916 à Bourg-Fidèle (Ardennes), mort le 31 août 1990 à Charleroi (Belgique) ; ouvrier métallurgiste ; syndicaliste CGT et militant communiste des Ardennes.

Fils d’un ouvrier mouleur et d’une mère au foyer, Léon Andry était le trosième d’une famille de cinq enfants (quatre garçons et une fille). Il exerça à son tour le métier de mouleur. Mobilisé en 1939 et affecté comme soldat 2e classe au 266e régiment d’artillerie lourde divisionnaire, il combattit les Allemands sur la frontière de l’Est, puis en Champagne. Il fut fait prisonnier en juin 1940, et resta en captivité en Allemagne pendant toute la durée de la guerre.

De retour dans les Ardennes en 1945, Léon Andry épousa Colette Alixe Renauld, sans profession, le 15 juin 1946 à Bourg-Fidèle. Il divorça le 4 avril 1973.

Léon Andry travailla à Revin, d’abord à l’usine Porcher, puis chez Arthur Martin à partir de 1965. Membre du syndicat CGT des Métaux, il fut délégué du personnel et membre du bureau de la section syndicale chez Porcher.

Léon Andry adhéra au Parti communiste en 1955. Il était secrétaire de la cellule d’entreprise implantée chez Porcher et membre du comité de défense de l’Humanité quand il fut élu au comité fédéral des Ardennes le 27 janvier 1963. Il siégea jusqu’au 19 mai 1968, puis il devint membre de la commission fédérale de contrôle financier jusqu’au 4 février 1970. À cette date, il était secrétaire de la cellule de Rocroi.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article171480, notice ANDRY Léon, Victor par Didier Bigorgne, version mise en ligne le 12 mars 2015, dernière modification le 13 juin 2016.

Par Didier Bigorgne

SOURCES : Arch. Dép. Ardennes, 37W 40. — Arch. comité national du PCF. — État civil de Bourg-Fidèle.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément