LAZARD Auguste, Lucien

Par Annie Pennetier, Françoise Strauss

Né le 27 janvier 1901 à Saint-Maur-des-Fossés ( Seine, Val-de-Marne), mort le 23 août 1942 déporté à Auschwitz ; employé d’hôpital, buandier ; militant communiste et syndicaliste de Villejuif (Seine, Val-de-Marne).

Fils d’Émile Lazard et de Céline Noirot, blanchisseurs, Auguste Lazard naquit au domicile de ses parents 23 rue du Chemin Vert à Saint-Maur. Il se maria le 14 mars 1925 avec Gilberte Jarde à Villejuif (Seine, Val-de-Marne), où il habitait au 10 rue Saint-Roch. Militant communiste, il travaillait dans sa commune à l’Asile des aliénés (aujourd’hui Centre hospitalier spécialisé Henri-Guiraud) où il était secrétaire-adjoint de la section syndicale CGT.
Arrêté en mai 1940, détenu à la prison de la Santé Paris XIIIe arr., il fut emmené par les autorités dans le cadre de l’exode des prisons, avec la colonne du canal de Briare (Loiret).

Le directeur de l’Asile appliqua le décret de Vichy du 17 juillet 1940 qui lui permit de renvoyer " les indésirables" ; ainsi soixante employés dont des syndicalistes et des communistes furent révoqués le 15 novembre 1940. S’en suivirent alors une vague d’arrestations ; le 6 décembre 1940, Auguste Lazard et cinq militants de l’asile furent arrêtés : René Balayn, Gallois, Bourg, Gaston Pelletier, Pierre Herz et Raymond Ferrare qui seul réussit à s’échapper.

Interné à Aincourt (Seine-et-Oise, Val-d’Oise) puis au camp de Voves (Eure-et-Loire), il fut livré aux autorités allemandes. De Compiègne (Oise), Auguste Lazard fut déporté vers Auschwitz par le convoi du 6 juillet 1942 dit convoi "des 45000" ; les matricules de ces déportés se situaient dans cette tranche numérique, celui d’ Auguste Lazard était 45738. Dix villejuifois en faisaient partie.

Il mourut en cours de déporté à Auschwitz le 23 août 1942 (matricule 45738), ainsi que quarante -huit villejuifois.

Son nom figure sur le monument aux morts de Villejuif ( écrit Lazare) au titre de "Mort pour la France", sur la stèle érigée en 1999, en l’honneur des déportés de Villejuif, dans le parc Pablo Neruda et sur la plaque commémorative de l’hôpital aux côtés de douze membres du personnel.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article172085, notice LAZARD Auguste, Lucien par Annie Pennetier, Françoise Strauss, version mise en ligne le 9 avril 2015, dernière modification le 7 mai 2018.

Par Annie Pennetier, Françoise Strauss

SOURCES : Villejuif à ses martyrs de la barbarie nazie municipalité et section communiste, 1945. — Marcelino Gaton, Carlos Escoda Mémoire pour demain ,Graphein, Paris, 2000. — État civil en ligne cote FRAD094_1MI_002653_01, vue 15 : son décès fut déclaré par erreur à Compiègne et transcrit le 22 décembre 1949 dans son état civil par la mairie de Saint-Maur-des-Fossès. — Notes de Claudine Cardon. — http://politique-auschwitz.blogspot.fr/search?q=lazard.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément