TARDY Fernand, Joseph

Par Fabien Conord, Claude Pennetier, François Prigent

Né le 14 juin 1919 à Saint-Uze (Drôme), mort en 2017 ; ingénieur horticole ; sénateur PS (1980-1998) ; conseiller général (1976-1994) ; maire (1953-1990) ; militant SFIO-PSU-PS des Alpes-de-Hautes-Provence ; résistant ; syndicaliste agricole ; responsable FOL.

Fils de Jules Tardy, faïencier, et de Marie-Rose Planchet, couturière, Fernand Tardy se maria le 11 octobre 1941 à Thoard (Alpes-de-Haute-Provence) avec Anna-Rose Beauduy, ménagère. Fils d’ouvrier, il fit ses études à l’école horticulture de Versailles, devenant ingénieur horticole. Mobilisé en 1939, il arriva en octobre 1940 à la caserne Demontzey où était basé le 20e bataillon de chasseurs alpins, dont il était officier. Figure de la Résistance locale, il était le fondateur du maquis de Thoard et commandait l’Armée secrète pour le sous-secteur de Digne-les-Bains. En 1990, il rédigea un livre-témoignage sur ces engagements résistants, intitulé « Bonsoir petite princesse bleue ».

Militant SFIO, Fernand Tardy fut maire de la commune rurale de Thoard entre 1953 et 1990. Résistant, il était également investi dans les réseaux du syndicalisme agricole et de la mouvance laïque. Ingénieur horticole, responsable coopérateur, il fut secrétaire puis président de la Chambre d’agriculture (1952-1982). En 1960, il était vice-président de la Fédération départementale des Œuvres Laïques (FOL).

En rupture avec la ligne majoritaire de la SFIO dans la seconde moitié des années 1950, il participa à l’Union des forces démocratiques en 1958, il fut secrétaire fédéral du PSA puis du PSU avant de rejoindre le Parti socialiste en 1970.

Au printemps 1959, il fonda la fédération PSA des Basses-Alpes, notamment en lien avec Guy Rémond, conseiller général (SFIO, PSA-PSU-PS) de Volonne entre 1955 et 1973 (fils de Camille Rémond, maire de de Château-Arnoux-Saint-Auban 1944-1965, conseiller général 1922-1955 et député SFIO 1945-1946). Secrétaire fédéral du PSA puis du PSU, Fernand Tardy était une figure centrale de cette petite fédération où confluent les réseaux d’un socialisme rural et laïque. En novembre 1962, il apporta son soutien à la candidature de Guy Rémond et Edmond Jugy (2640 voix, soit 13.6 % des suffrages exprimés) sous l’étiquette PSU. Comme Guy Rémond, il s’éloigna du PSU dès 1967, pour rejoindre la FGDS, le NPS puis le PS.

En 1971, Fernard Tardy était suppléant du sénateur socialiste Maxime Javelly (1969-1980), auquel il succéda en 1980. Entre 1976 et 1994, il était conseiller général du canton de Digne-les-Bains Ouest, avant de passer le relais à Jean-Louis Bianco, président du conseil général (1998-2012).

Fernard Tardy fut sénateur des Alpes-de-Haute-Provence de 1980 à 1998 et vice-président de la commission des affaires économiques. Il démissionna de son mandat municipal en 1990 (Claude Senes divers gauche lui succéda) et ne se représenta pas au Sénat en 1998 (Claude Domeizel, PS, étant élu).

Officier de la Légion d’honneur (en avril 1999) et officier du Mérite agricole, il était décoré de la Croix de la valeur militaire, de la Croix de guerre 1939-1945, de la Croix du combattant volontaire de la Résistance (CVR).

En juin 1978, il devint, après le décès de Gaston Bruschini (conseiller général socialiste de Noyers-sur-Jabron entre 1945 et 1978), de la Fédération nationale des Gîtes de France, dont il avait été un pionnier à Thoard. Il fut également à l’origine de la création des premiers SIVOM et de la première communauté de communes dans son département.

En 2007, il publia un ouvrage « Un siècle, une vie », revenant sur ses engagements. La maison de retraite (EHPAD) de Thoard porte désormais le nom de Fernand Tardy.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article172276, notice TARDY Fernand, Joseph par Fabien Conord, Claude Pennetier, François Prigent, version mise en ligne le 12 avril 2015, dernière modification le 19 janvier 2018.

Par Fabien Conord, Claude Pennetier, François Prigent

SOURCES : Fabien Conord, « Le PSU dans la Creuse et les Basses Alpes, un parti au cœur de la gauche », in Tudi Kernalegenn, François Prigent, Gilles Richard, Jacqueline Sainclivier (dir.), Le PSU vu d’en bas : réseaux sociaux, mouvement politique, laboratoire d’idées (années 1950-années 1980), Presses Universitaires de Rennes, pp. 106-112.

OEUVRE : Bonsoir petite princesse bleue - Secteur de Digne de l’Armée secrète, sous-secteur de Thoard , Terradou, 1990 (souvenirs de Résistance). — {Un siècle, une vie}, 2007.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément