CHAYET Jean, Claude

Par Daniel Grason

Né le 18 juin 1920 à Paris (VIe arr.), exécuté par les allemands le 19 août 1944 à Neuilly-sur-Seine (Seine, Hauts-de-Seine) ; résistant membre de Libération Nord.

Fils naturel de Madeleine Antomarchi, sans profession, Jean Chayet fut légitimé par le mariage de sa mère et de Jean Marie Chayet le 29 juillet 1923 à Cracovie (Pologne). Il épousa Marie Weber, le couple vivait 35 rue Guersant à Paris (XVIIe arr.), pendant la guerre il entra dans la résistance dans le mouvement Libération Nord. Le 19 août 1944 avec Jean Fouqué et Louis Brelet, ils partirent en side-car en soirée récupérer des armes entreposées à Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine). Sur le chemin du retour, des SS ou des soldats allemands les arrêtèrent boulevard Richard-Wallace à Neuilly-sur-Seine. Les exécutions eurent lieues au château de Madrid dans le jardin de la future résidence du général de Gaulle. Les corps furent transportés dans un poste de la Croix Rouge avenue Bugeaud (XVIe arr.).

Son épouse Marie Chayet fut auditionnée par la police judiciaire, mon mari « appartenait à la résistance depuis 1942. Le 19 août 1944, il m’a quittée vers 20 heures 15 en compagnie de son camarade Brelet. Ils furent interpellés par les allemands boulevard Richard-Wallace. Ils étaient porteurs de tracts « Libération », de brassards tricolores. […] J’ai retrouvé son corps dans un garage de l’avenue Bugeaud à Paris [XVIe arr.] où il avait été transporté par la Croix Rouge. Il est inhumé au cimetière Montparnasse à Paris. […] Le corps qui portait des traces de balles à la poitrine n’était pas mutilé ». (Rapport du 31 janvier 1945, Police judiciaire, brigade criminelle).

Eugène Van Der Meersh, maire de Neuilly-sur-Seine de la Libération à 1945, était chef de la section du mouvement Libération Nord, messieurs Bloch et Caillette, docteur et directeur, le premier de Libération Nord, le second du réseau Ajax témoignèrent devant les renseignements généraux en février 1956, ils confirmèrent les faits. Jean Chayet fut homologué au grade d’adjudant au titre de la Résistance intérieure française à dater du 1er juin 1944, membre des Forces Françaises Combattantes (FFC). Le ministère des Anciens combattants lui attribua la mention « Mort pour la France ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article172355, notice CHAYET Jean, Claude par Daniel Grason, version mise en ligne le 27 avril 2015, dernière modification le 10 janvier 2019.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo. BA 1801, CB.63.29, 1W 2205. – SDH, Caen AC 21 P 43573. – Bureau Résistance : GR 16 P 125 385. – JO du 23 avril 1949. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément