GENINE Napoléon.

Par Jean Neuville

Ouvrier métallurgiste, impliqué dans une coalition à Vezin (aujourd’hui commune d’Andenne, pr. et arr. Namur) en 1865.

Napoléon Genine, domicilié à Sclaignaux-Vezin, fait partie des dix-huit ouvriers accusés par le chef ouvrier, Célestin Berger, de la mine de la Société anonyme des hauts-fourneaux et laminoirs de Montigny-sur-Sambre, située à Vezin, d’avoir formé le 19 juin 1865 une coalition en vue d’obtenir une diminution de deux heures de travail par jour. Cet arrêt de travail va durer vingt-quatre heures.

Le 8 juillet 1866, le tribunal correctionnel de Namur condamne Napoléon Genine, ainsi que douze autres ouvriers, à cinq francs d’amende ou vingt-quatre heures de prison.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article172436, notice GENINE Napoléon. par Jean Neuville, version mise en ligne le 23 avril 2015, dernière modification le 28 décembre 2019.

Par Jean Neuville

SOURCE : BAYER-LOTHE J., Documents relatifs au mouvement ouvrier dans la province de Namur au XIXe siècle, IIe partie : 1849-1886, Louvain-Paris, 1969, p. 59-61 (Cahiers du Centre interuniversitaire d’histoire contemporaine, 57).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément