SAUVION Robert, René

Par Jacques Girault

Né le 13 mars 1928 à Naintré (Vienne), mort le 6 juillet 1998 à Poitiers (Vienne) ; instituteur dans la Vienne ; militant du SNI ; militant du PCF ; maire de Naintré, conseiller général

Robert Sauvion, directeur de colonie de vacances (à gauche)
Robert Sauvion, directeur de colonie de vacances (à gauche)

Fils d’un chauffeur devenu scieur, sympathisant communiste, Robert Sauvion, élève du collège de Châtellerault (Vienne) pendant la guerre, entra à l’École normale d’instituteurs de Poitiers qui venait d’être réouverte, obtint le baccalauréat (série sciences expérimentales). Sportif, après avoir été nommé instituteur dans diverses communes, à partir de 1955, il enseignait et habitait à Coulombiers.

Pendant son adolescence, Robert Sauvion adhérait au mouvement des Auberges de jeunesse et fut le délégué départemental du mouvement en 1948-1949. Il encadrait des colonies de vacances comme moniteur et par la suite en tant que directeur.

Il se maria en octobre 1949 à Vouneuil-sur-Vienne (Vienne) avec Marthe Mimault (dite Mimie), sans profession, militante du Parti communiste français à partir de la fête de l’Humanité de 1955, fille d’un meunier qui était aussi journalier agricole. Le couple eut quatre enfants et le père fut dispensé du service militaire comme chef de famille.

Robert Sauvion adhéra au Syndicat national des instituteurs en 1949 en quatrième année d’ENI. Délégué syndical du canton de Lusignan, il participait aux réunions du conseil syndical de la section départementale du SNI à majorité « cégétiste », dirigée par René Bibault. Il fut élu au bureau de la section en décembre 1957.

Robert Sauvion adhéra au Parti communiste français en 1945 mais sa cellule fut dissoute. Il réadhéra à Pleumartin en 1953 et devint le secrétaire de la section communiste de cette localité en janvier 1956. Il adhéra aux Jeunesses communistes en 1955, devint trésorier départemental des JC et responsable départemental de l’Union de la Jeunesse agricole de France. Il conserva jusqu’au début des années 1960 la responsabilité de secrétaire départemental de l’Union des Vaillants. À partir des années 1960, il était également responsable du Mouvement de la Paix.

Nommé instituteur dans sa commune natale, Naintré, Robert Sauvion devint membre du comité de la section communiste de Châtellerault. Non élu en 1957 en raison d’un nombre trop important d’enseignants, il entra au comité fédéral en 1959 et fit partie de la commission d’organisation. Dans le comité fédéral, il était le secrétaire de la commission des élus à partir de 1968. Il resta membre du comité jusqu’en 1994. À partir de 1966, son épouse devint aussi membre du comité fédéral. Responsable de l’Union des Vaillants et membre de la commission féminine du comité fédéral, à partir de 1970, elle participait à la commission fédérale des finances.

Robert Sauvion devint maire de Naintré en 1965. Régulièrement réélu jusqu’en 1983, au début des années1970, vice-président du syndicat d’équipement de Châtellerault, à partir de 1983, il restait conseiller municipal dans une municipalité à direction socialiste.

Candidat au Conseil général dans divers cantons : en avril 1958 à Vivonne, en 1961 à Pleumartin, en 1970 à Châtellerault (4 557 et 4 796 voix, deuxième position), en 1973 à Châtellerault-Sud, il arriva en tête avec 2 673 voix et fut élu le dimanche suivant avec 4 154 voix. Il fut réélu en mars 1979 (4 860, 6 672 voix) et en 1986 (1 667, 3 016 voix).

Robert Sauvion fut le suppléant du candidat communiste aux élections législatives de 1973, Paul Fromonteil, dans la deuxième circonscription (Châtellerault).

Après son décès, son nom fut donné à la salle des fêtes de Naintré.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article172647, notice SAUVION Robert, René par Jacques Girault, version mise en ligne le 29 avril 2015, dernière modification le 25 mars 2021.

Par Jacques Girault

Robert Sauvion, directeur de colonie de vacances (à gauche)
Robert Sauvion, directeur de colonie de vacances (à gauche)
Robert Sauvion dans sa classe à Naintré.
Robert Sauvion dans sa classe à Naintré.
Robert Sauvion accueille Edwige Avice, ministre des Sports, en 1983
Robert Sauvion accueille Edwige Avice, ministre des Sports, en 1983
pour l’inauguration de la salle Anne Franck.
Robert Sauvion à droite d'Edwige Avice en 1983 lors de l'inauguration de la salle Anne Franck.
Robert Sauvion à droite d’Edwige Avice en 1983 lors de l’inauguration de la salle Anne Franck.
Au centre Jack Ralite, ministre de la Santé ; de gauche à droite : Jean-Pierre Abelin (député UDF de Châtellerault) cachant Paul Fromonteil (lunettes noires), Raoul Cartraud (président PS de la région Poitou-Charentes).
Robert Sauvion, lors de l'inauguration de logements HLM par la veuve de Pierre Abelin.
Robert Sauvion, lors de l’inauguration de logements HLM par la veuve de Pierre Abelin.

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Maxime Vallée, La fédération de la Vienne du Parti communiste français de la mort du Maurice Thorez à la signature du Programme commun (1964-1972), Maîtrise, Université de Poitiers (2012). — Notes d’Alain Dalançon et de Marthe Sauvion.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément