SINOQUET Gaëtan

Par Julien Cahon

Né le 4 décembre 1887 à Tours-en-Vimeu (Somme), mort le 29 juillet 1972 à Amiens (Somme) ; cultivateur, employé au génie rural ; militant socialiste dans la Somme ; président départemental de la Ligue des droits de l’Homme (1956-1963) ; maire de Malpart (1922-1953).

Fils de Marie Léon Sinoquet, instituteur stagiaire, et de Marie Alitia Miannay Pascolini, sans profession, Gaëtan Sinoquet fut instituteur à Fignières, au moins de 1911 à 1914. Il se maria le 8 septembre 1908 à Quesnoy-en-Santerre avec Elvire Marie Blanche Boissard (décédée le 1er juin 1948).

Gaëtan Sinoquet adhéra à la Ligue des droits de l’Homme en 1909 et à la SFIO en 1919. Elu conseiller municipal de Malpart en décembre 1919, il devint maire de cette commune en novembre 1922 et occupa ce poste jusqu’en mai 1953. En 1930, Gaëtan Sinoquet fut élu conseiller d’arrondissement dans le canton de Montdidier. En 1933, il quitta la SFIO pour le néo-socialisme.

Cultivateur et marchand de bestiaux à Malpart en 1945, puis employé au génie rural à Amiens, Gaëtan Sinoquet réintégra la SFIO à la libération. Il était le spécialiste des questions agricoles au sein de la fédération socialiste de la Somme. Il fut notamment rapporteur de la commission agricole au congrès fédéral de février 1947. En 1953, il figurait sur la liste socialiste aux élections municipales d’Amiens. En 1955, il appartenait à la délégation pour le congrès national du parti avec Grenot, Godard, Lejeune, Fouquet, Doutrellot et Gest.
Président de la section d’Amiens de la LDH au début des années 1950, Gaëtan Sinoquet présida la Ligue dans le département de 1956 à 1963. En juin 1960, il fut délégué au congrès national de la LDH à La Rochelle.

Il quitta une nouvelle fois la SFIO à la fin des années 1950. Candidat sur la liste communiste aux élections municipales d’Amiens de 1959, il n’adhéra ni au PCF ni à aucun autre parti. Il présida le Comité d’unité d’action des gauches, créé à l’instigation de la LDH et du Parti communiste après les élections municipales d’Amiens d’avril 1959.
L’année de sa mort, en 1972, il était adhérent à la Fédération des Libres Penseurs de France.

Gaëtan Sinoquet s’était remarié le 6 juillet 1949 à Amines avec Arlette Boucher. Il termina sa vie à Amiens dans le quartier Saint-Acheul en 1972.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article172681, notice SINOQUET Gaëtan par Julien Cahon, version mise en ligne le 22 juillet 2015, dernière modification le 3 septembre 2020.

Par Julien Cahon

SOURCES : Arch. Dép. Somme, 21W326, 21W174. — Renseignements fournis par la mairie de Malpart. — Le Cri du peuple, 1945-1959. — Picardie libre, 1945. — État civil. — Note de Evelyne Sinoquet.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément