TADDEI Dominique, Georges

Par Julien Cahon

Né le 28 mai 1938 à Paris (XIIe) ; universitaire ; militant socialiste ; premier secrétaire de la fédération de la Somme (1969-1975), membre du comité directeur (1969), membre du bureau exécutif (1971), secrétaire national à l’action culturelle (1973-1979) ; adjoint au maire d’Avignon (1977-1983), conseiller régional de Provence-Alpes-Côte-D’azur (1977-1985), député du Vaucluse (1978-1985).

Fils d’Ange Taddei et d’Antoinette Pornot, employés au Ministère du Travail, Dominique Taddei, licencié en droit, agrégé des facultés de droit et de sciences économiques (1968), docteur en sciences économiques, fut chargé d’enseignement puis chargé de cours à Lille. Nommé maître de conférences en sciences économiques à Amiens, en 1968, il succéda, en 1969, à Jean-Pierre Cot au poste de doyen de la faculté de droit et de sciences économiques d’Amiens, jusqu’en 1971, date à laquelle il fut élu président de l’université de Picardie. En octobre 1973, il démissionna de cette fonction. Son action à la tête de l’université picarde lui fut inspiré par un souci de régionalisation et d’opposition à toute privatisation de l’enseignement supérieur, motivant notamment son attitude contre la création de l’université de Compiègne (UTC). Elle fut aussi centrée sur le développement des enseignements et des filières. Il exigea aussi que les moyens nécessaires au développement de l’université soient accordés. L’insuffisance des crédits amena le conseil de l’université, sous sa présidence, à refuser le vote du budget.

Dominique Taddéi avait adhéré au Parti socialiste SFIO en 1958. Il devint premier secrétaire de la fédération socialiste de la Somme en 1969, évinçant Max Lejeune, puis membre du comité directeur. Au congrès d’Epinay, il défendit la motion Mollet-Savary, devint membre du bureau exécutif (1971), puis secrétaire national chargé de l’action culturelle (1973-1979). Il quitta la Somme au cours de l’été 1975. Il annonça son départ du département lors d’une conférence de presse à Amiens en juin, expliquant que « ses responsabilités professionnelles [allaient] être partagées entre Amiens et Avignon, où [il avait] l’intention de s’installer. » Pierre Corigliano lui succéda à la tête de la fédération socialiste de la Somme.

Dominique Taddéi entama une carrière d’élu : adjoint au maire d’Avignon (1977-1983), conseiller régional de Provence-Alpes-Côtes-d’Azur (1977-1985), il fut aussi député du Vaucluse (1978-1985).

Président de la commission de surveillance de la caisse des dépôts et consignations (CDC) de 1981 à 1985, il fut membre (1978-1985) et vice-président (1981-1985) de la commission des finances. Chargé de mission sur l’emploi en 1985, il fut en 1990 expert auprès de la CEE, de l’OCDE et du BIT, ainsi que chargé de mission sur les problèmes du temps de travail.

Président d’une mission interministérielle sur les nouvelles armes du défi industriel en 1991, il fut ensuite directeur du groupe de recherche sur l’efficacité industrielle (Gréfi) auprès de l’inspection générale de l’industrie et du commerce (1991-1994).
Co-président de la fondation Ailes (autogestion, initiatives locales et économies solidaires) en 1995, chargé de mission auprès de la fondation européenne puis chargé de mission sur la retraite choisie et progressive en 1999, il présida la commission spéciale du Plan, fut membre du conseil économique et social (CES) et du conseil d’analyse économique (CAE) de 1997 à 1999.

Secrétaire général du centre d’économétrie de l’université de Paris, professeur de sciences économiques à l’université d’Aix-Marseille II, professeur et directeur du magistère d’économie industrielle internationale à l’université Paris XIII nord (1993-1994), Dominique Taddei était spécialiste des problèmes d’économie européenne et des questions monétaires, qu’il a développées dans plusieurs ouvrages.

Marié le 27 février 1967 à Paris (XXe arr.) avec Catherine Donsimoni, le couple eut quatre enfants et se sépara en 1991.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article172684, notice TADDEI Dominique, Georges par Julien Cahon, version mise en ligne le 3 mai 2015, dernière modification le 3 septembre 2020.

Par Julien Cahon

ŒUVRE : Plein emploi ou stabilité des prix, Cujas, 1968. — Des machines et des hommes, La Documentation française, 1986. — Le Temps de l’emploi, Hachette, 1988. — Les enjeux de l’Europe sociale, La Découverte, 1991. — Made in France, LGF, 1993. — Le Temps de travail, Hachette, 1993. — Entreprise France, Livre de poche, 1994. — Temps de travail, mode d’emploi, La Découverte, 1994. — Réduire la durée du travail : les 35 heures, LGF/Livre de poche, 1998. — Pour des retraites choisies et progressives, La Documentation française, 2000. — 2007 Y Président(e) !, Mille et une nuits, 2005. — Divers travaux sur l’histoire de la Corse.
SOURCES : Arch. FJJ, dossier Somme et fonds Françoise Carle. — Arch. Assemblée nationale, dossier personnel. — Who’s who, 2005. — Etat civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément