SAVÉANT Yves, Marie

Par Alain Prigent, François Prigent

Né le 24 mars 1902 à Plusquellec (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor), mort le 17 mars 1998 à Le Tholonet (Bouches-du-Rhône) ; instituteur puis professeur ; militant du SNI et de la CGT ; membre de la commission administrative de la section départementale des Côtes-du-Nord de la FEN (1949) ; secrétaire de la section socialiste de Tréguier.

Yves Savéant était le fils de Jean-Marie Savéant, tailleur d’habits né en 1865, et de Perrine Le Noan, ménagère née en 1866. Il se maria à Mayet (Sarthe) le 17 septembre 1927 avec Suzanne, Louisa Monnet, professeur de sciences naturelles à l’école primaire supérieure de jeunes filles de Tréguier. Le couple eut un fils.

Titulaire du brevet élémentaire en 1918, il fut reçu à l’École normale d’instituteurs de Saint-Brieuc (major de sa promotion 1918-1921) où il obtint le brevet supérieur, des brevets de gymnastique et de nautisme. Il suivit les cours de l’école nationale de navigation de Paimpol (1921-1922) et obtint le brevet d’élève officier de la marine marchande (juillet 1942). Après son service militaire dans la Marine nationale, il fut en poste à Pleumeur-Bodou avant d’effectuer son service militaire de novembre 1922 à juin 1924. Il enseigna ensuite à Rospez puis à l’EPS de Tréguier comme instituteur délégué (1924-1928). En 1927 il fut reçu à la première partie du certificat d’aptitude à l’enseignement dans les écoles normales et écoles primaires supérieures en sciences. Nommé professeur adjoint en mathématiques-physique à l’EPS de Tréguier (Côtes-du-Nord) en août 1929, actif dans l’animation des œuvres de l’école, Yves Savéant fut, de 1931 jusqu’à la guerre, secrétaire de la section socialiste de cette ville. Il fut élu au conseil de la fédération SFIO à l’issue du congrès de janvier 1937.

Comme un certain nombre d’autres intellectuels des régions de l’Ouest du département, instituteurs et professeurs, il fut choisi comme délégué local par la CGT durant les grèves de 1936 et fut notamment expulsé de l’usine Guézennec (importation de bois) le 23 juillet, alors qu’il cherchait à rencontrer les grévistes.

Mobilisé d’août 1939 à septembre 1940 comme enseigne de vaisseau dans la défense aérienne à l’amirauté d’Oran, après la guerre, il reprit son travail comme chargé d’enseignement au collège moderne (ancienne EPS) de Tréguier où son poste fut classé seulement en physique.

Yves Savéant fut membre de la commission administrative de section départementale des Côtes-du-Nord de la Fédération de l’Éducation nationale en décembre 1949. En 1950, par ses propos, il fut au cœur, « bien qu’il s’en défende », d’une affaire qui aurait pu desservir la cause de l’enseignement laïque, selon le rapport de l’inspecteur d’Académie. Aussi demanda-t-il sa mutation dès 1951. Intégré dans le cadre de professeurs licenciés en 1952, muté au collège d’Aix-en-Provence à la rentrée 1955 comme professeur certifié, il y enseigna jusqu’à sa retraite en 1967, l’établissement étant devenu lycée Vauvenargues.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article172711, notice SAVÉANT Yves, Marie par Alain Prigent, François Prigent, version mise en ligne le 2 mai 2015, dernière modification le 25 mars 2021.

Par Alain Prigent, François Prigent

SOURCES : Arch.Nat., F17/29037. — Arch. Dép. Côtes d’Armor 1472W81 (dossiers individuels des membres de l’enseignement secondaire public). — Alain Prigent, Les instituteurs des Côtes-du-Nord sous la IIIe République (Laïcité, amicalisme et syndicalisme), Editions Astoure, 2005. — François Prigent, Les réseaux socialistes en Bretagne des années 1930 aux années 1980, thèse de doctorat, Université de Rennes 2, 2011. — François Prigent, Un socialisme d’extrême-gauche dans le Trégor, La Charrue Rouge d’Augustin Hamon et Philippe Le Maux (1930-1937), mémoire de maîtrise, sous la direction de Claude Geslin, 2000, Rennes II. — DBMOF, notice non signée, période 1919-1939. — Etat-civil précisé par la mairie de Plusquellec. — Notes de Jacques Girault.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément