SCHEIDECKER Marcel [SCHEIDECKER Georges, Michel, Marcel]

Par Jacques Girault, Léon Strauss

Né le 5 septembre 1904 à Benfeld (Bas-Rhin), mort le 11 avril 1991 à Strasbourg (Bas-Rhin) ; instituteur dans le Bas-Rhin ; militant du SNI ; militant socialiste ; militant laïque.

Fils d’un agent manipulant de l’administration des PTT, Marcel Scheidecker entra à l’École normale protestante d’instituteurs de Strasbourg en 1921. Il se maria religieusement en novembre 1928 à Benfeld avec une institutrice, fille d’un vérificateur des cultures. Leurs trois enfants ne furent pas baptisés.

Syndiqué à partir de ses débuts comme instituteur en mars 1925 dans un poste rural où il fut secrétaire de mairie, Scheidecker fut, dès le début de sa carrière, nommé à Schiltigheim puis dans la deuxième moitié des années 1930 à Strasbourg où il enseigna jusqu’à sa retraite en 1965. Gréviste le 12 février 1934, il militait surtout pour la défense de l’école laïque.

Marcel Scheidecker, adhérent au Parti socialiste SFIO depuis 1928, fut membre du bureau de la fédération du Parti. Il démissionna en 1937 de cette fonction « car pour combattre les communistes dissidents alliés aux autonomistes, la SFIO s’est alliée aux catholiques français. » Il adhérait à la Ligue de l’enseignement, à la Ligue des droits de l’Homme, et créa un groupe de la Libre pensée à Schiltigheim.

Mobilisé comme interprète, démobilisé dans l’été 1940, il rejoignit son épouse, repliée en Dordogne avec ses deux fils depuis septembre 1939. Elle était détachée au rectorat de l’académie du Bas-Rhin à Périgueux. Revenu à la vie civile, Scheidecker enseigna l’Allemand dans un établissement d’enseignement secondaire de Périgueux jusqu’à la Libération.

Après la libération de Strasbourg, Marcel Scheidecker et sa famille revinrent en Alsace. Elu au conseil syndical de la section départementale du SNI en 1945, il fut au début des années 1950 le responsable de L’Ecole libératrice puis le trésorier de la section, responsabilité qu’il exerçait depuis 1945. Le 3 décembre 1947, il fut élu membre du bureau de section départementale de la Fédération de l’Éducation nationale.

Elu en mai 1947 administrateur de la Caisse primaire de Sécurité sociale de Strasbourg, il refusa de démissionner avec le soutien du SNI pour laisser la place à Rinck, candidat de l’Union générale des fédérations CGT de fonctionnaires qui n’avait pas été élu.

Marcel Scheidecker militait aussi dans le cadre de la Ligue française de l’Enseignement. En 1946, il était le trésorier du cercle Jean Macé, sa section strasbourgeoise, puis, en 1951, il exerçait la même responsabilité dans la Fédération des œuvres péri- et postscolaires du Bas-Rhin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article172716, notice SCHEIDECKER Marcel [SCHEIDECKER Georges, Michel, Marcel] par Jacques Girault, Léon Strauss, version mise en ligne le 2 mai 2015, dernière modification le 25 mars 2021.

Par Jacques Girault, Léon Strauss

SOURCES : L’Ecole libératrice. — Bulletin de la section départementale du Bas-Rhin du SNI. — Renseignements fournis par l’intéressé en 1977 (enquête de J. Girault).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément