BORENHEIM Albert

Par Daniel Grason

Né le 25 janvier 1916 à Varsovie (Pologne), fusillé comme otage le 15 décembre 1941 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; ouvrier ; communiste ; volontaire en Espagne républicaine.

Né dans une famille juive de Pologne, Albert Borenheim combattit dans les Brigades internationales de l’armée républicaine espagnole et fut blessé. Son rapatriement eut lieu le 13 octobre 1938. Il était certainement membre de la sous-section juive du Parti communiste. Il était marié à Sarah, née Parkett en 1920 à Varsovie. Le couple vécut à Saint-Nazaire (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), où Albert Borenheim travailla probablement sur les chantiers navals. Dans cette ville, Sarah accoucha d’un enfant, Maxime, né le 16 septembre 1939. Ils vinrent à une date inconnue habiter 5-7 rue Corbeau (Jacques-Louvel-Tessier), Paris (Xe arr.).
La Section spéciale de recherches (SSR) des Renseignements généraux était chargée, depuis 1937, de la surveillance des étrangers. Louis Sadosky, responsable du rayon « allemand » et « polonais », fut nommé responsable du rayon « juif », une création qui rompait avec le principe de la nationalité. Il fit d’Albert Borenheim un « Propagandiste des théories soviétiques, suspect et dangereux pour l’ordre public ».
Arrêté et interné le 19 août 1941 à la caserne des Tourelles (XXe arr.), Albert Borenheim fut transféré immédiatement ou le 22 août au camp de Drancy (Seine, Seine-Saint-Denis) réservé aux Juifs. Désigné comme otage, il fut passé par les armes le 15 décembre 1941 au Mont-Valérien. Étant de nationalité polonaise, la mention « Mort pour la France » ne fut pas accordée par le ministère des Anciens Combattants.
Son épouse Sarah et Maxime trois ans furent déportés le 11 février 1943 par le convoi no 47 à Auschwitz (Pologne) où ils moururent. Trente-sept enfants et adolescents du 5-7 rue Corbeau prirent la même destination ; il n’y eut qu’une rescapée déportée le 31 juillet 1944.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article17296, notice BORENHEIM Albert par Daniel Grason, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 13 novembre 2020.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo. BA 2439, KB 95. – DAVCC, Caen, otage B VIII dossier 2 (Notes Thomas Pouty). – Annette Zaidman, Mémoire d’une enfance volée (1938-1948), préface S. Klarsfeld, Éd. Ramsay, 2004. – Louis Sadosky, brigadier-chef des RG, Berlin 1942, CNRS Éd., 2009. – Serge Klarsfeld, Le livre des otages, ÉFR, 1979. – Site Internet Mémoire des Hommes. – Site Internet CDJC.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément