SCHIRCH Paul

Par Jean-Louis Romain

Né le 16 mars 1909 à La Chapelle-sous-Rougemont (Territoire-de-Belfort), mort à Belfort le 25 mars 2004 ; dessinateur industriel ; communiste ; résistant.

Né dans une famille radical-socialiste, Paul Schirch entra à la SACM en 1924 comme apprenti dessinateur. Sans être adhérent à un parti politique ni au syndicat, il était trésorier de la société républicaine d’éducation populaire, La Semeuse, de 1928 à 1930. Après avoir effectué son service militaire au 506e régiment de chars à Besançon, il reprit son emploi de dessinateur industriel à l’Alsthom en 1931. Il adhéra alors au PC. Il attendit 1935 et la création du syndicat des employés de bureau pour donner son adhésion à la CGTU dont il fut le premier syndiqué parmi les "mensuels". Il participa à la réunification syndicale et aux grèves de juin 1936.

Mobilisé en 1939, de nouveau dans les chars, il se replia avec son régiment dans le sud du pays et se retrouva dans les Pyrénées Orientales au moment de l’armistice. Un moment affecté par l’armée comme secrétaire de mairie à Perpignan, il se fit démobiliser et rentra à Belfort en franchissant clandestinement la ligne de démarcation. Reprenant son travail de dessinateur à l’Alsthom et passionné de tir, il fut de nombreuses fois lauréat de concours nationaux et internationaux, il commença à récupérer des armes abandonnées et cachées lors de la débâcle.

Alors que son frère Léon était un militant actif du Front national, Paul Schirch, par l’intermédiaire de ses camarades du club de tir de l’Union Sportive Belfortaine, rejoignit le groupe Lorraine. À l’automne 1943, un moment "prêté" par l’Alsthom aux usines Peugeot, Paul Schirch travailla à Sochaux où il assista, sans y participer lui même, aux sabotages de la Résistance. À partir de juin 1944, il participa activement à la préparation des maquis : transports d’armes, liaisons. Il assura la protection rapprochée de l’abbé Pierre Dufay, commandant des FFI du Territoire de Belfort. Du 6 au 26 septembre 1944 il participa à la tragique aventure du maquis de la Haute Planche. Après la dispersion du maquis il se cacha à Belfort jusqu’à l’arrivée des Alliés avec lesquels il participa aux combats de la libération de Belfort. Il souhaita alors s’engager dans l’armée de libération pour poursuivre le combat en Allemagne, mais jugé "trop vieux" il en fut dissuadé et reprit son poste de dessinateur à l’Alsthom qu’il assuma jusqu’à sa retraite.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article172979, notice SCHIRCH Paul par Jean-Louis Romain , version mise en ligne le 14 mai 2015, dernière modification le 14 mai 2015.

Par Jean-Louis Romain

SOURCE : Notes de Paul Schirch.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément