BADIER Georges dit JO

Par Jacques Blin

Né le 10 juin 1904 à Albon (Drôme), mort le 24 décembre 1989 à Sète (Hérault) ; charretier ; militant communiste ; adjudant FTPF.

Arrivé à Sète vers 1932, Georges Badier adhéra au Parti communiste, en même temps que son épouse « Ninette » le 1er mai 1934.

En 1936, il fut sur les piquets de grève, à hauteur des salins du Midi, empêchant les camions de passer. Arrêté en février 1941 avec Chagnon, Santucci, Badier et Isoird, il fut relâché grâce à de nombreuses manifestations organisées par les ouvriers du Port.

À l’occasion du 14 juillet 1942, des manifestations étaient prévues dans la région, à Sète, des syndicalistes, des communistes, des gaullistes et le réseau Combat seront mobilisés. Treize militants communistes seront arrêtés, alors qu’ils distribuaient des tracts. Parmi eux se trouvaient Georges Badier son épouse Ninette et leur fille Monette alors âgée de 12 ans, Femand Lucchesi, Victor Meyer furent également arrêtés.

Les syndicats du port ripostèrent énergiquement et ils envoyèrent aussitôt une délégation protester et menacer de grève, jusqu’auprès de la police judiciaire de Montpellier, là où les inculpés avaient été transférés. La police de Vichy inquiète de ces réactions, relâcha les personnes arrêtées cinq jours auparavant. Badier continua son action de Résistance.

Élu membre du bureau de la section de Sète du PCF lors de la Conférence de Section du 23 janvier 1949. Il fut élu membre du comité fédéral de la Fédération de l’Hérault du PCF, lors de la conférence fédérale des 19 et 20 février 1949.

Au moment de son décès, à Sète, en décembre 1989, il était président d’honneur de l’IJFAC, président de la section de Sète de I’ARAC et de l’ANACR.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article172993, notice BADIER Georges dit JO par Jacques Blin, version mise en ligne le 17 mai 2015, dernière modification le 9 novembre 2020.

Par Jacques Blin

SOURCES : Le Travailleur du Languedoc, 29 avril 1945 du 23 novembre 1946 et du 29 janvier 1949. — Fédération de l’Hérault du PCF. — « Les noces d’or de Ninette et Georges avec le PCF ». — Interview de Rose Blin-Mioch dans La Marseillaise du 5 mai 1984

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément