AMANS Georges, Jean, Marie

Par André Balent, Claude Pennetier

Né le 3 juillet 1925 à Labastide-L’Évêque (Aveyron) ; mineur ; fusillé sommaire de Sainte-Radegonde (Aveyron).

Fils d’Émile Amans et de Anna Maria Tort, cultivateurs, Georges Amans fut adopté pupille de la Nation en octobre 1931.

Résistant, il fut arrêté le 22 juillet 1944 "pour menées anti-allemandes" et, emprisonné à la prison allemande de la caserne Burloup de Rodez (Aveyron), il fut exécuté avec trente prisonniers résistants le 17 août 1944 en fin de journée à Sainte-Radegonde par un peloton SS de la Luftwaffe d’Albi (Tarn) alors que l’armée allemande quittait le chef-lieu de l’Aveyron.

Il s’était marié le 15 février 1943 à Labastide-L’Évêque avec Simone Lacassagne.

Son nom figure sur le monument aux morts de sa commune natale et sur le monument mémorial de Sainte-Radegonde.

Voir : Lieu d’exécution : fusillés de Sainte-Radegonde (Aveyron)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article173012, notice AMANS Georges, Jean, Marie par André Balent, Claude Pennetier, version mise en ligne le 17 juin 2015, dernière modification le 31 décembre 2017.

Par André Balent, Claude Pennetier

SOURCES : Arch. dép. Aveyron, 201 W 76. — Christian Font, Henri Moizet, Construire l’histoire de la Résistance. Aveyron 1944, Rodez & Toulouse, CDDP Rodez, CDHIP Rodez, CRDP Midi-Pyrénées, 1997, 343 p. [pp. 228-229]. — Christian Font, Henri Moizet, Maquis et combats en Aveyron, Chronologie 1936-1945, Rodez & Toulouse, ONAC Aveyron, ANACR Aveyron, CRDP Midi-Pyrénées, 2e édition, 2001, 412 p. [p. 315]. — Site MemorialGenWeb consulté le 28 février 2016. — Notes de Hervé Mollard. — État civil, pas de mention de décès.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément