SÉRÉZAT André, Roger

Par Jacques Girault

Né le 25 novembre 1927 à Allassac (Corrèze), mort le 11 janvier 2017 à Vichy (Allier) ; professeur de collège dans l’Allier ; militant du SNI ; militant du PCF ; écrivain ; conseiller municipal de Saint-Germain-des-Fossés.

Photographie d’identité dans les années 1990.
Photographie d’identité dans les années 1990.

Fils d’un gendarme, André Sérézat fut élève-maître au centre de formation des maîtres puis à l’École normale d’instituteurs de Moulins (Allier) de 1943 à 1947. Il fut nommé instituteur à Mazirat (1948), en poste double avec son épouse à Nizerolles (1949), puis à Saint-Germain-des-Fossés en 1959 comme professeur de mathématiques-sciences au cours complémentaire devenu collège, jusqu’à sa retraite en 1983. Dans ses premières années, il réalisa avec ses élèves une carte de France électrique.

André Sérézat se maria en juillet 1949 à Broût-Vernet (Allier) avec une institutrice. Le couple eut deux enfants.

Membre du conseil syndical de la section départementale du Syndicat national des instituteurs, il fut élu représentant du personnel à la commission administrative paritaire départementale dans les années 1960.

André Sérézat adhéra au Parti communiste français en 1945. Secrétaire de la section du PCF de Saint-Germain-des-Fossés, chargé de l’organisation, il entra au comité de la fédération communiste en 1961. Il participa au stage pour les instituteurs communistes organisé par le PCF.

Il fut élu conseiller municipal d’opposition de Saint-Germain-des-Fossés en 1983.

Il fut candidat au Conseil général dans le canton de Varennes en 1976.

Lors du bicentenaire de la Révolution française, André Sérézat participa à la rédaction d’un ouvrage collectif L’Allier révolutionnaire, contenant les contributions de cinq historiens bourbonnais. Il traita particulièrement des cahiers de doléances, de la “Patrie en danger“ et des luttes de subsistances.

Parallèlement, il s’intéressait à la Résistance en Bourbonnais. Membre de l‘Association nationale des anciens combattants de la Résistance, il participait à ses activités historiques en assurant le coordination d’un groupe de travail de l’Association pour les études de la Résistance en Allier. Il publia plusieurs articles (dont « Les fusillés de Vingré », dans Études bourbonnaises, 1999) et ouvrages sur la Résistance dont De Vichy à Valmy (1995).

André Sérézat était devenu un spécialiste d’Ernest Montusès, écrivain et chansonnier bourbonnais auquel il consacra un ouvrage biographique édité en 1995. Il participa à la création d’une association et d’un prix Montusès au début des années 2010. Il écrivit une préface de rééditions de ses ouvrages, en 1993 de L’Age de fer, en 1996 de Cimes.

il apporta une collaboration active aux hebdomadaires communistes, Les Nouvelles de l’Allier puis Bourbonnais Hebdo.

En 2006, il signa un « Appel contre la résolution 1481 du Conseil de l’Europe sur la “nécessité d’une condamnation internationale des crimes des régimes totalitaires“ » initiée par des militants du Parti des Travailleurs.

En outre, passionné de pédagogie pratique, André Sérézat, retraité, s’efforçait de réaliser dans son atelier une table de multiplication pédagogique qui, « en calculant les produits pouvait aussi initier à la divisibilité. »

Son épouse Gisèle, après avoir enseigné à Nizerolles pendant dix ans, devint professeur d’enseignement général de collège à Saint-Germain-des-Fossés, de 1959 à sa retraite en 1981. Présidente de l’Amicale laïque de 1978 à 1983, elle devint déléguée départementale de l’Éducation nationale. Membre du conseil syndical de la section départementale du SNI à la fin des années 1960, elle fut élue à la CAPD.

Membre du PCF depuis 1947, elle fut la secrétaire du comité de l’Union des femmes françaises de Saint-Germain-des-Fossés.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article173062, notice SÉRÉZAT André, Roger par Jacques Girault, version mise en ligne le 21 mai 2015, dernière modification le 23 mars 2021.

Par Jacques Girault

Photographie d'identité dans les années 1990.
Photographie d’identité dans les années 1990.

ŒUVRE : Le fichier de la BNF comporte six références dont : Et les Bourbonnais se levèrent, Nonette, Créer, 1985. — Ernest Montuses, Nonette, Créer, 1987. — De Vichy à Valmy ou de la défaite à la Libération de l’Allier, Neuvy, Les foyers ruraux de l’Allier, 1994,

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Notes de Jean-Noël Dutheil (Institut CGT d’Histoire sociale de l’Allier). — Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément