DUGUEY Lucien, André, Pierre

Par Roger Faist

Né le 6 octobre 1933 à Paris (XIVe arr.) ; ingénieur dans le secteur de la construction ; membre de la commission exécutive de l’Union confédérale des ingénieurs et cadres UCC-CFDT (1967-1977), président du Syndicat national des ingénieurs et cadres de la Construction et du Bois SNIC-CB CFDT (1971-1977).

Fils d’Alfred Duguey (1901-1988), dessinateur, métreur puis ingénieur diplômé après avoir suivi des cours du soir et par correspondance et s’être établi comme ingénieur-conseil en bâtiment et génie civil, et de Germaine Bouthier (1903-1991), dessinatrice, Lucien Duguey était le cadet d’une fratrie de trois enfants. Le milieu familial, catholique non pratiquant, n’avait pas d’engagement militant, mais développa l’amour du travail et le respect des autres.

Après un parcours scolaire à Paris, puis les classes préparatoires après le baccalauréat, il entra en 1955 à l’École centrale des arts et manufactures de Paris, dont il sortit diplômé en 1958. Appelé au service militaire pendant la guerre d’Algérie, il fut, après la formation militaire IMO (instruction militaire obligatoire des élèves des grandes écoles) mobilisé comme officier en France puis au Sahara algérien (fonction technique dans un camp civil et militaire, de mise en valeur des ressources minières) jusqu’à fin 1960.

En 1961, il entra au bureau d’études de l’entreprise de génie civil « Constructions Coignet » à Paris. Il effectua un an de conduite de chantier à Rouen, puis travailla au service des études. Il quitta, en 1966, cette entreprise pour Campenon-Bernard à Paris. En 1974, il rejoignit la société d’ingénierie SERETE toujours à Paris où il resta jusqu’à sa préretraite en 1992. Dans les trois entreprises, il développa une activité d’ingénieur spécialiste des calculs de structures en génie civil.

Dès son entrée dans la vie professionnelle en 1961, Lucien Duguey avait adhéré au Syndicat parisien des ingénieurs et cadres CFTC, syndicat membre de la Fédération française des syndicats d’ingénieurs et cadres FFSIC-CFTC, devenue CFDT en 1964. Il créa en 1961 dans l’entreprise Coignet une section syndicale CFTC, tout en prenant, par ailleurs, des responsabilités au Mouvement des ingénieurs et chefs d’industrie d’action catholique (MICIAC).

Au sein de la CFDT, une nouvelle organisation par branches industrielles se substitua à la FFSIC, en 1967, avec la création de l’Union confédérale des ingénieurs et cadres (UCC-CFDT). De 1967 à 1977, Lucien Duguey anima, avec Guy Pénichon, l’Union fédérale des cadres, ingénieurs et assimilés, de la Construction et du Bois UCIC et présida le Syndicat national des ingénieurs et cadres de la Construction et du Bois SNIC-CB de 1971 à 1977. Simultanément, il fut membre de la commission exécutive de l’UCC présidée par François Lagandré puis par Maurice Luneau. Dans le cadre de ces mandats, il représenta l’UCC au conseil de perfectionnement de l’École nationale des ponts et chaussées (ENPC) de 1973 à 1984 puis à la commission des titres d’ingénieur CTI (commission du ministère de l’Éducation nationale chargée d’habiliter les formations pour la délivrance du diplôme d’ingénieur) de 1986 à 1994 où il succéda à René Tofani.

Lucien Duguey avait rallié les rangs du Parti socialiste en 1974 sans y exercer une activité militante. De 1984 à 1992, il fut vice-président du Conseil pastoral du secteur catholique de Sénart-Sud (Seine-et-Marne). Il travaille bénévolement comme ingénieur de génie civil à l’association technique et humanitaire « Hydraulique sans Frontières » fondée par Brice Wong, depuis 1992.

Il est marié avec Françoise Vincent, secrétaire aide-comptable, depuis 1960. Le couple a cinq enfants : Claire (1962), Michel (1964), Odile (1965), Emmanuel (1967), Pascal (1971).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article173181, notice DUGUEY Lucien, André, Pierre par Roger Faist, version mise en ligne le 23 mai 2015, dernière modification le 3 juin 2021.

Par Roger Faist

SOURCES : Arch. Union confédérale des ingénieurs et cadres UCC-CFDT. – Entretiens avec Lucien Duguey (1999 et 2013).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément