SEINE Jean [SEINE Paul, Jean]

Par Jean-Michel Steiner

Né le 19 février 1911 à Saint-Jean-Bonnefonds (Loire), mort le 27 janvier 1994 à Créteil (Val de Marne) ; électricien puis mineur ; militant CGTU puis CGT ; communiste ; résistant ; dirigeant de la Fédération des mineurs.

Né le 19 février 1911 à Saint-Jean-Bonnefonds (Loire), fils de Pierre Seine, mineur, 31 ans, et de Marie, Léonie, Richiaud , dévideuse, 33 ans, Jean Seine, était au moment de son conseil de révision, électricien et mécanicien. Réformé, il travailla aux mines. En 1932, il était délégué à la propagande antimilitariste au bureau du comité de rayon des Jeunesses communistes de Saint-Étienne.

Le 28 avril 1934, Jean Seine a épousé Georgette, Françoise, Alphonsine, Dufix à Saint-Étienne. Le couple résidait alors dans le quartier ouvrier du Soleil.

Sous l’occupation, Seine fut chargé de reconstituer une organisation clandestine dans les puits stéphanois, responsabilité qu’il conserva jusqu’en mars 1942. Dans l’été 1943, devenu Philippe il est appelé avec Jean Llante* (Roger) à reconstruire la direction régionale du PCF clandestin dans le Var. Il est responsable du travail de masse jusqu’en avril 1944, ce qui le met en contact avec Marceau Guyon*, venu du Gard, qui supervise l’action syndicale chez les mineurs des Bouches-du-Rhône et du Var, qu’il retrouvera après la Libération dans la Loire.

Selon son registre de matricule, Jean Seine a été interné du 7 juin au 17 août 1944 (carte n° 120134816). En 1980, il a reçu la Croix du Combattant volontaire 1939-1945.

Après la guerre, il quitta le département de la Loire. En 1948, il appartenait à la direction de la Fédération CGT des Mines, comme membre permanent du bureau, avec la fonction de trésorier fédéral.

En novembre 1969, Jean Seine était domicilié à Champigny-sur-Marne.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article173290, notice SEINE Jean [SEINE Paul, Jean] par Jean-Michel Steiner, version mise en ligne le 26 mai 2015, dernière modification le 18 juin 2019.

Par Jean-Michel Steiner

SOURCES : Arch. Dép. Loire, 3E 238_23, État-Civil de Saint-Jean Bonnefonds, 1R, registre de matricules, 1931. — La Vie ouvrière, 3-9 juin 1948. — J.-P. Vittori, in Une histoire d’honneur, la Résistance, Paris, 1984, p. 69-81. — souvenirs de J. Llante, Libertat, 50 ans pour un espoir, Paris, 1982.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément