GRUAT Victor, Léon, Marius.

Par André Balent

Né le 20 octobre 1880 à Séverac-le-Château (Aveyron), mort le 20 février 1969 à Bédarieux (Hérault) ; instituteur ; syndicaliste (SNI-CGT) des Pyrénées-Orientales puis de l’Hérault.

Victor Gruat, instituteur était marié à Jeanne Paulin Barraqué, institutrice âgée de vingt-deux ans en 1908. À cette date, ils résidaient à Arles-sur-Tech (Pyrénées-Orientales). Leur fils Camille Gruat y naquit en 1908.

Après la Première Guerre mondiale, Victor Gruat était instituteur à Codalet (Pyrénées-Orientales), village du Conflent situé à une faible distance de la petite ville de Prades. Sa femme était professeur d’espagnol à l’école primaire supérieure de Prades : Marcel Mayneris futur militant syndicaliste et socialiste fut son élève.

D’après Marcel Mayneris, Victor Gruat « sans doute radical » au plan politique fut un « bon syndicaliste ». À Codalet, il laissa le souvenir d’un « maître sévère » avec ses élèves. (information orale de Raymond Gual, de Codalet, 1984).

Dès 1924, Victor Gruat, militant de la « tendance bourgeoise issue des Amicales [d’instituteurs] » était secrétaire de la section départementale du SNI. Il intervint lors de l’affaire disciplinaire qui opposa Irène Calas, militante unitaire de Rivesaltes à l’administration.

Le 17 avril 1925, l’assemblée générale trimestrielle du SNI rassembla deux cent cinquante adhérents. Cette assemblée placée sous la présidence d’honneur de Glay, décida officiellement l’adhésion de la section des Pyrénées-Orientales du SNI à l’UD-CGT : Joseph Berta. À cette époque, Victor Gruat était toujours secrétaire du SNI des Pyrénées-Orientales. Il demeura à ce poste en 1926, 1927 et pendant une partie de 1928. Il ne l’occupait plus en décembre 1928.

La section départementale du SNI avait pris, le 31 août 1927, 6000 timbres confédéraux : c’était le plus important des syndicats affiliés à l’UD-CGT des Pyrénées-Orientales ; il se plaçait avant le syndicat des employés municipaux de Perpignan (1 400 timbres) et celui des ouvriers espadrilleurs tisseurs et trépointeurs (OETT) de Saint-Laurent-de-Cerdans (960 timbres). En 1928, le SNI se situait toujours au premier rang des syndicats confédérés des Pyrénées-Orientales : le 30 juin 1928 il avait pris 6 000 timbres à la trésorerie de l’UD. Le SNI se plaçait, à cette date, devant le syndicat des OETT de Saint-Laurent-de-Cerdans (1 444 timbres) et devant celui des municipaux de Perpignan (8 00 timbres). Voir aussi Jumère, Lafitte M, Gineste Pierre.

Après son départ dans l’Hérault Gaudérique Sola lui succéda au poste de secrétaire de la section départementale des Pyrénées-Orientales du SNI.

Victor Gruat fut co-secrétaire adjoint du SNI de l’Hérault de novembre 1932 à octobre 1933 et secrétaire du Cartel des fonctionnaires (CGT et CGTU) de Sète (Hérault)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article173308, notice GRUAT Victor, Léon, Marius. par André Balent, version mise en ligne le 27 mai 2015, dernière modification le 2 juin 2016.

Par André Balent

SOURCES : Arch. Nat. F 7/12991. — Arch. com. Arles-sur-Tech, état civil, acte de naissance de Camille Gruat. — Arch. com. Séverac-le-Château, état civil. — Le Cri Catalan, hebdomadaire officieux de la fédération socialiste SFIO des Pyrénées-Orientales, 24 décembre 1924. — L’Action syndicale, mensuel des syndicats confédérés des Pyrénées-Orientales, juin 1925, octobre 1925, octobre 1927, juillet 1928. — Le Travail, 1932-1933. .— Entretiens avec Marcel Mayneris ancien instituteur syndicaliste, 2 et 10 juillet 1983 ; Ferdinand Baylard, ancien instituteur syndicaliste, 26 mars 1983. — Renseignements oraux communiqués (août 1982) par Raymond Gual, de Codalet, professeur au collège de Prades et directeur de la revue Terra Nostra.

ICONOGRAPHIE : Mònica Batlle , Ramon Gual ; « Els catalans … fa temps », Terra Nostra, 144, Prades, 1982, p. 144 (Victor Gruat à Codalet en 1918 parmi les élèves de sa classe).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément