BOST Michel, Pierre, Simon

Par Jean-Pierre Besse

Né le 12 décembre 1911 à Béthencourt-sur-Mer (Somme), mort le 4 mai 2006 à Abbeville (Somme) ; professeur ; militant syndicaliste du SNES jusqu’en 1968, trésorier départemental de la FEN-Somme (1950-1956).

La famille Bost d’origine ardéchoise et protestante, se fixa vers 1690 à Béthencourt-sur-Mer (Somme). Le père de Michel, ouvrier en cadenas à roulettes, travaillait dans une petite entreprise d’une dizaine d’ouvriers dont le patron était son cousin germain. Fils unique, Michel Bost obtint son certificat d’études primaires puis fréquenta pendant un an le cours complémentaire de Friville-Escarbotin (Somme). Michel Bost commença sa carrière comme ouvrier dans l’entreprise familiale mais lorsque la crise ralentit l’activité des petites entreprises, il reprit en 1932 ses études en suivant des cours par correspondance. Il obtint sa première partie du baccalauréat en 1935, échoua à la seconde partie en 1936 mais réussit en 1937. En juillet 1935, il avait épousé une institutrice avec laquelle il eut un fils.

Après son service militaire effectué en 1937-1938 à Dieppe (Seine-Inférieure/Seine-Maritime), Michel Bost occupa son premier poste d’instituteur à Gamaches (Somme) en 1938 puis à Ault (Somme) où il exerçait lors de la déclaration de guerre.

Mobilisé en août 1939 à Dieppe puis à Rouen, affecté au bureau des effectifs, il était en mai 1940 à Vire (Calvados). Démobilisé à Marmande (Lot et Garonne), il reprit son poste à Ault puis à Friville-Escarbotin. Michel Bost demeurait dans sa commune natale où son épouse était directrice de l’école primaire et où il participa à la Résistance, ce qui lui valut d’être le secrétaire du comité local de Libération à la Libération.

Adjoint d’enseignement puis professeur d’italien, Michel Bost exerça de 1945 à 1971 à la cité scolaire d’Amiens (Somme). Secrétaire de la section du Syndicat national de l’enseignement secondaire (S1) dans cet établissement, il fut délégué à plusieurs congrès académiques et nationaux mais quitta le SNES lors des événements de mai-juin 1968, qu’il jugea "comme une révolte négative et nihiliste".

Michel Bost appartint à partir de 1950 au bureau départemental de la FEN et occupait les fonctions de trésorier. Il fut délégué au congrès national de la FEN le 17, 18 et 19 novembre 1952 avec Robert Cerisier. En juin 1956, il s’opposa à la désignation comme président de la MGEN de Georges Magnier au nom de l’indépendance de la mutuelle, estimant que le secrétaire départemental du SNI n’était pas le meilleur candidat. Michel Bost fut lui même élu administrateur de la MGEN en octobre 1959 mais ne se représenta pas à la fin de son mandat en 1965. En 1957, il n’était plus trésorier départemental de la FEN.

Secrétaire départemental de la Ligue des droits de l’homme, il démissionna en avril 1958 « en désaccord profond sur la conception de la défense républicaine... en raison surtout de la tendance croissante de la Ligue à s’aligner sur les positions d’un parti... »

Michel Bost fut aussi initié à la franc-maçonnerie.

Après sa retraite, il s’installa à Saveuse (Somme) puis après le décès de son épouse en novembre 1990, dans sa commune natale.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article17352, notice BOST Michel, Pierre, Simon par Jean-Pierre Besse, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 12 octobre 2021.

Par Jean-Pierre Besse

SOURCES : Le courrier picard, 1945-1970. — Bulletin du SNI-Somme, 1946-1968. — Arch de la section MGEN de la Somme. — Rencontre avec Michel Bost.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément