DAILLY Charles, [parfois DALLY]

Par Gilles Pichavant

Membre du Comité central républicain de Solidarité du Havre (Seine-inférieure, Seine-Maritime) en 1871 ; Conseiller municipal du Havre (Seine-Inférieure, Seine-Maritime).

En 1871, Dailly fut, d’après la police, l’un des principaux membres du club socialiste de la rue Bernardin-de Saint-Pierre au Havre (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), qui se transforma en « Comité central républicain de Solidarité » en mars 1871, dont le président était Albert Detré. Mais Dailly était aussi membre du Comité Central Républicain (modéré). La police dit de lui qu’il avait des rapports fréquents avec Millamon Dufour, Auguste Deverd et Albert Detré.

Le comité central républicain de solidarité présenta une liste aux élections municipales de 1871 au Havre, qui obtint une moyenne de 2200 voix, soit environ 22%, ce qui dépassa toutes les espérances de ses promoteurs et inquiéta fortement les autorités. Membre sortant du Conseil municipal de la Ville du Havre, il fut à la fois présenté en 4e position sur la liste des républicains modérés, et en 5e position la liste socialiste. En effet, le 27 avril 1871, le Comité central républicain de Solidarité, qui avait fait à plusieurs reprises des propositions de fusion des deux listes républicaines, fit approuver par la foule réunie à son initiative, par souci d’union, l’inscription sur sa liste de huit noms de membres appartenant à la liste du Comité Central Républicain, ceux paraissant les plus proches des masses populaires.

Le 30 septembre 1876, il participa à une réunion publique au Havre, s’inscrivant dans la préparation du 1er congrès ouvrier. Cette réunion rassembla 500 personne. Ils furent deux conseillers municipaux à y participer, et son collègue Lefebvre* fut élu président de séance. Le principal orateur fut Charles Chabert, ouvrier graveur parisien, l’un des organisateurs du congrès qui se tint qui se tint à Paris du 2 au 10 octobre.

Aurait-il un lien avec Abel Dailly, tôlier mécanicien, qui émigra aux États unis en 1855, pour prendre part, en tant que colon, à l’expérience fouriériste lancée par Victor Considerant, et qui revint en France en 1857, d’où il aurait émigré en Russie ?

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article173684, notice DAILLY Charles, [parfois DALLY] par Gilles Pichavant, version mise en ligne le 7 juin 2015, dernière modification le 7 décembre 2018.

Par Gilles Pichavant

SOURCES : Arch. Dép. de Seine-Maritime, dossier sur l’enquête parlementaire sur l’insurrection du 18 mars 1871, cote 2U 2704. — Jean Legoy, Le peuple du Havre et son histoire, tome 1, imprimerie Édip, 1984 (p 89, et note 206 page 115). — Pierre Ardaillou, Les républicains du Havre au XIXe siecle : (1815-1889), Publication Univ Rouen Havre, 1997.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément