MARONE

Par Gilles Pichavant

Journalier sur le port du Havre (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) ; membre du "Comité central républicain de Solidarité" du Havre en 1871.

En 1871, Marone était journalier au Havre (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), où il habitait 20 rue des drapiers. Il fut l’un des soixante dix principaux membres du club socialiste de la rue Bernardin-de-Saint-Pierre, qui en compta 500. Ce club se transforma en « Comité central républicain de Solidarité » en mars 1871, dont le président était Albert Detré. La police dit de lui qu’il était un "partisan exalté de la commune" de Paris, et qu’il faisait "de la propagande parmi les ouvriers des quais".

Ce comité présenta une liste aux élections municipales de 1871 au Havre (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), et obtint une moyenne de 2200 voix, soit environ 22%, ce qui dépassa toutes les espérances de ses promoteurs et inquiéta fortement les autorités.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article173833, notice MARONE par Gilles Pichavant, version mise en ligne le 10 juin 2015, dernière modification le 10 juin 2015.

Par Gilles Pichavant

SOURCES : Arch. Dép. de Seine-Maritime, dossier sur l’enquête parlementaire sur l’insurrection du 18 mars 1871, cote 2U 2704.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément