BOUCHAUD Joseph, Henri

Par Claude Pennetier

Né le 2 février 1897 à Sillars (Vienne), mort en déportation à Wöbbelin le 19 avril 1945 ; ouvrier serrurier ; maire adjoint communiste de Clamart.

Fils des cultivateurs, ouvrier serrurier, marié à une brocheuse, Joseph Bouchaud semble s’installer à Clamart au début des années trente. Il fut élu conseiller municipal communiste de Clamart (Seine) et troisième adjoint au maire Ernest De Saint-Étienne*, en mai 1935.

Il fut arrêté "pour propos défaitistes" le 15 octobre 1939 selon un rapport du commissaire de police de Vanves, daté du 31 janvier 1940. Le conseil de préfecture de la Seine le déchut de son mandat le 9 février 1940. D’autres indications de police affirment qu’il partit travailler comme mécanicien dans une usine de Villacoublay (Seine-et-Oise).

Il fut arrêté le 2 mars 1943 ou le 27 février dans la cadre de l’affaire Brossard. Il était agent de liaison du Front national depuis décembre 1941 et au moment de son arrestation transportait des fonds destinés à la résistance.

Il fut condamné le 31 mars à trois ans de prison. Il passa treize mois à la Santé, un mois à Blois et fut déporté le 21 mai 1944 vers le camp de Neuengamme et mourut à Wöbbelin le 19 avril 1945 ou le 16 selon Le Livre Mémorial....

le 29 août 1944, il fut nommé conseiller municipal provisoire par le comité local de Libération.

Il était père d’un fils né en 1923 à Clamart.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article17390, notice BOUCHAUD Joseph, Henri par Claude Pennetier, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 9 juillet 2011.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Arch. PPo. 101. — Arch. Dép. Seine, DM3 et Versement 10451/76/1, 10441/64/2 n° 26. — Arch. Com. Clamart. — BAVCC, Caen.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément