BOUCHER Raymond

Par Jacques Girault

Né le 20 décembre 1899 à Vimoutiers (Orne), mort le 25 janvier 1985 à Sablé (Sarthe) ; instituteur ; militant syndicaliste (SNI) ; résistant.

Fils d’un receveur des contributions indirectes et d’une institutrice, Raymond Boucher reçut les premiers sacrements catholiques. Élève de l’école primaire supérieure d’Alençon, il fut reçu à l’École normale d’instituteurs du Mans (Sarthe) en 1915. Il fut instituteur dans diverses communes de la Sarthe. Secrétaire de mairie à Semur-en-Vallon (1927-1934), il créa une société de gymnastique (« L’Arc-en-ciel ») et une société de musique (« La Fraternelle »). Il fut nommé directeur de l’école de garçons de La Suze en 1934 avec son épouse, institutrice. Leur mariage, en avril 1924 à La Flèche (Sarthe) avait été exclusivement civil. Séparé de sa femme en 1943, il se remaria aussi seulement civilement en avril1949 à Solesnes (Sarthe). Ses deux filles, de ses deux mariages, ne reçurent pas de sacrements.

Boucher, mobilisé en avril 1918 dans l’infanterie à Mamers, fut envoyé dans les Ardennes (février 1919) puis, sergent dans un régiment d’infanterie comprenant des Tirailleurs algériens à Beyrouth et Alexandrette (février 1920-mars 1921). Il nota alors dans un carnet ses réactions et les conditions de vie très dures. Avec ses camarades, il souffrit de l’indifférence des autorités et de l’opinion françaises à leur égard.

En 1921, nommé à La Flèche, Raymond Boucher adhéra au Syndicat national. Délégué du canton de Sablé, il devint trésorier adjoint de la section départementale du SNI et fut délégué au congrès de 1939. Sympathisant du Parti socialiste SFIO, membre de la Libre Pensée, il anima localement l’aide aux Républicains espagnols et aurait aimé que le gouvernement français ne pratiquât pas la non-intervention. Il avait appris la langue espagnole pour mieux communiquer avec les enfants de réfugiés.

Mobilisé en septembre 1939 comme sergent-chef à Rennes, infirmier dans un hôpital militaire d’Ille-et-Vilaine, démobilisé en juin 1940, Raymond Boucher reprit son enseignement. Il exposa seulement en 1942 sur ordre de l’inspecteur d’Académie la photographie du maréchal Pétain. Il participait en effet à un réseau de Résistance affilié au réseau Buckmaster, en relations avec l’Intelligence Service. Après 1943, nommé à Solesmes, il était aussi secrétaire de mairie. En mai 1944, René Busson, dirigeant de la Résistance, recherché par la Gestapo, lui transmit les renseignements pour réorganiser le réseau (liste des membres, des lieux et terrains d’atterrissage et de parachutage).

À la Libération, à Solesmes, Raymond Boucher obtint la création d’une plage sur la Sarthe où tous ses élèves apprirent et pratiquèrent la natation. Président local de l’amicale de la Résistance, était le vice-président national des anciens combattants du Levant dans les années 1970. Retraité, il créa à Solesmes un club d’anciens et participa à l’organisation des fêtes populaires.

Ses obsèques furent civiles.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article17404, notice BOUCHER Raymond par Jacques Girault, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 28 avril 2022.

Par Jacques Girault

SOURCES : Presse syndicale. — Renseignements fournis par la mairie de Sablé-sur-Sarthe, par l’intéressé et ses filles.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément