CHAVANTON-ALLOT Henriette (née CHAVANTON Henriette Jeanne)

Par Annie Pennetier, Françoise Strauss

Née le 18 avril 1931 à Créteil (Seine, Val-de-Marne), travailleuse sociale, cadre de la fonction territoriale ; syndicaliste CGT de Bonneuil-sur-Marne.

Issue d’un milieu modeste, sa grand-mère bretonne et ses proches travaillaient comme ouvriers aux forges d’Hennebont ( Morbihan). Son père, Henri Chavanton, était employé de commerce au Viniprix de Charenton (Seine, Val-de-Marne) et sa mère, Marie Joséphine Le Tilly, emboutisseuse dans l’usine Létang-Rémy à la Porte de Charenton. Celle-ci avait été victime d’un accident du travail, doigts coupés, ce qui avait beaucoup choqué sa fille.

Henriette Chavanton, domiciliée près du Pont de Charenton, fréquenta l’école primaire de Saint-Maurice puis le cours complémentaire et la section commerciale sténo-dactylo de Charenton où elle connut Odette Raffin.

Ses études terminées, elle exerça la fonction de secrétaire dans un cabinet d’assurances puis une société de crédit à Paris. Elle fut ensuite embauchée par le docteur Dumay, otorhino-laryngologiste qui cherchait une jeune secrétaire à former en clientèle privée et à l’hôpital intercommunal de Créteil ; elle obtint un diplôme de panseuse. Mariée le 17 mars 1951 à Saint-Maurice (Seine, Val-de-Marne) avec Raymond Gros, puis mère d’une enfant handicapée, en 1965 elle chercha un emploi compatible avec les horaires du centre d’éducation spécialisé de Saint-Mandé fréquenté par sa fille.Une opportunité s’offrit à elle : la municipalité de Bonneuil en la personne de la maire-adjointe Odette Raffin cherchant une personne expérimentée dans le domaine médical et social. Henriette Chavanton fut ainsi recrutée pour participer à la création d’un bureau d’aide sociale structuré et avec des projets ambitieux concernant l’enfance, les familles modestes et les personnes âgées.
Dans un contexte de forte croissance démographique, de maintien d’un habitat précaire, bidonvilles du Moulin-Bateau et constructions en bois pour les cheminots,et de conditions de vie difficiles, le bureau d’aide social organisa pour les enfants et les familles, des colonies et centres de vacances ( Cezais en Vendée), classes de mer, de neige pour des séjours subventionnés.
Henriette Chavandon s’impliqua aussi intensément, comme toute l’équipe municipale,dans l’aide au maintien à domicile des personnes âgées dont l’amélioration de l’habitat et la distribution de colis alimentaires.Elle contribua à créer un service d’aide ménagère à domicile.
Femme de gauche, elle ne désira pas s’engager dans un parti politique mais participa à la création aux côtés de Renée Guillon, d’une section syndicale CGT des employés territoriaux. Elle était tout particulièrement attachée au comité des oeuvres sociales.
Henriette Chavandon poursuivit ses activités professionnelles jusqu’en 1987.
Divorcée en mars 1977, elle se remaria le 19 octobre 1991 à Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne) avec Jean Louis Allot, plus connu sous son nom de chanteur-compositeur Pierre Chêne.

Lors de l’entretien, elle témoigna de l’engagement collectif et du travail intense effectués par les services municipaux dans le domaine social : " on travaillait dur".

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article174082, notice CHAVANTON-ALLOT Henriette (née CHAVANTON Henriette Jeanne) par Annie Pennetier, Françoise Strauss, version mise en ligne le 27 juillet 2015, dernière modification le 7 décembre 2020.

Par Annie Pennetier, Françoise Strauss

SOURCES : Jacques Varin, Bonneuil-sur-Marne : une histoire millénaire Servédis, 1988. — Entretien avec Henriette Chavaudon le 11 juin 2015. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément