RICHAUD Josette [née AUDREN Josette]

Par Alain Dalançon

Morte à l’été 2005 ; professeure puis directrice de lycée ; militante syndicaliste, secrétaire générale du SNPDES-FEN (1972-1978).

Ancienne élève de l’École normale supérieure de l’enseignement technique (promotion 1939-1941, section EF), Josette Richaud, née Audren, fut nommée professeur de Français et d’Histoire-Géographie au collège Boulle de Paris en 1949, avant de devenir directrice du lycée technique Jacquart à Paris (XIXe arr.) dans les années 1960.

Syndiquée au Syndicat national de l’enseignement technique quand elle était professeure, elle milita au Syndicat national du personnel de direction des établissements secondaires affilié à la Fédération de l’Éducation nationale et en devint secrétaire générale de mars 1972 à mars 1978. À ce titre elle était membre de la CCS n°1 (commission consultative spéciale), car les personnels de direction étaient alors détachés dans un emploi de direction et ne disposaient donc pas de commissions paritaires.

Dans son premier éditorial intitulé « Personne n’est obligé d’être chef d’établissement », elle alertait sur la crise du recrutement des personnels de direction, de nombreux postes restants vacants ; elle en attribuait la cause essentielle à la « dégradation matérielle et morale de la fonction de chef d’établissement ». Elle estimait donc que le SNPDES devait pratiquer une « politique de présence » partout où étaient posés les problèmes de l’Éducation nationale, y compris à la « Commission des Sages » et rechercher avec tous les syndicats de la FEN des positions communes. En juin 1973, elle émettait les plus grandes réserves sur les « illusions » créées par le projet de réforme du ministre Fontanet, craignait surtout le « retour aux filières de spécialisation, le rejet de l’enseignement technique dans son ghetto […], la concurrence entre les établissements et la privatisation de l’enseignement public dont souffriront en premier lieu les plus défavorisés […] » et estimait qu’il « serait dramatique que l’illusion pédagogique masque la véritable mission de l’école : "former des hommes et des femmes, à la fois désireux et capables d’assumer leurs propres responsabilités civiques, sociales et professionnelles dans le respect de leur propre personnalité". »

Elle entretenait de bonnes relations avec le Syndicat national des enseignements de second degré. En janvier 1975, le SNES et le SNPDES présentèrent des listes commune aux élections au CEGT (Conseil de l’enseignement général et technique) pour le collège 13 (personnel de direction des lycée classiques, modernes et CES), et pour le collège 17 (personnel de direction et d’éducation des lycées techniques) où elle fut réélue.

En mars 1975, le rapport d’activité du bureau national qu’elle présenta obtint la majorité de justesse (785 mandats pour, 721 contre, 284 abstention) mais puisque les statuts prévoyaient de voter pour une seule liste, celle constituée par le bureau national sortant fut élue (89 pour, 21 contre, 187 blancs, 4 nuls et 17 refus de vote). Josette Richaud resta donc secrétaire générale mais avec une autorité fragilisée, devant faire face au congrès de 1976 à une fronde à laquelle participaient certains membres adhérents à une « Amicale des proviseurs » proche du ministre Haby.

Aux élections suivantes de 1978, Gilbert Michard, proviseur du lycée Buffon à Paris, succéda à Josette Richaud qui ne fit plus partie du bureau national. L’importance de son action ne fut cependant pas oubliée dans l’histoire du SNPDEN (Syndicat national du personnel de direction du l’Éducation nationale) qui succéda au SNPDES.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article174111, notice RICHAUD Josette [née AUDREN Josette] par Alain Dalançon , version mise en ligne le 20 juin 2015, dernière modification le 22 décembre 2018.

Par Alain Dalançon

SOURCES : Arch. IRHSES (dont L’Université syndicaliste, bulletin du SNPDES). — Site internet du SNPDEN : http://www.snpden.net/

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément