BASDEVANT Jean

Par Gilles Pichavant, Jean-Jacques Doré

Né le le 6 août 1871 à Anost près d’Autun (Saône-et-Loire), mort le 7 novembre 1949 à Paris (XVIIIe arr.) ; ferblantier puis huilier-pétrolier ; syndicaliste CGT ; conseiller prud’homal au Havre (Seine-Maritime, Seine-Inférieure)

Fils de Lazare Basdevant, propriétaire d’Anost, Jean arriva au Havre en 1898 lorsqu’il fut embauché dans une usine pétrochimique de la région. Membre de la commission administrative du syndicat CGT des « Ouvriers huiliers, pétroliers, savonniers et parties similaires du Havre et des environs » en 1903, il fut appelé à siéger au Conseil des prud’hommes l’année suivante.

Contrôleur du bureau du syndicat à partir de 1907, il fut présenté de nouveau aux élections pour le renouvellement des membres du conseil des prud’hommes du Havre par le Comité de l’Union des syndicats ouvriers et de sa région le 28 février 1909, pour la section industrie, 2e catégorie. Le 14 novembre 1909, il fut réélu contrôleur du bureau dont Paul Mourgue était secrétaire, Prosper Mauger secrétaire adjoint, Eugène Hamel trésorier et Louis Leroux trésorier adjoint.

Mobilisé le 2 août 1914, il fut détaché le 26 avril 1916 à la maison Lapeyre de Paris.

Jean Basdevant avait épousé Marie Brunet au Havre le le 5 mai 1899, ils eurent un fils Louis né en 1901 et ils habitaient au Havre 10 rue du général Lassalle en 1906.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article174127, notice BASDEVANT Jean par Gilles Pichavant, Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 21 novembre 2020, dernière modification le 21 novembre 2020.

Par Gilles Pichavant, Jean-Jacques Doré

SOURCES : Arch. Dép. Seine-Maritime 10 MP 411 ; registre matricule militaire. — Arch. Mun. du Havre, microfilms du journal Vérités, cote 4Mi 769/770, supplément du numéro de novembre 1913. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément