TACHET Henri

Par Jacques Girault

Né le 6 novembre 1918 à Fleurville (Saône-et-Loire), mort le 17 février 1999 à Ollioules (Var) ; instituteur ; militant de la section du Var du SNI.

Fils d’un messager devenu cheminot et d’une épicière devenue couturière, Henri Tachet ne reçut aucun sacrement religieux et montra un violent anticléricalisme par la suite. Élève du cours complémentaire de Mâcon et de l’école primaire supérieure de Tournus, il entra à l’École normale d’instituteurs d’Avignon (Vaucluse) en 1937. Parti pour le service militaire en septembre 1939 à Clermont-Ferrand puis à Tours comme élève-officier, il fut réformé en février 1940. Il se maria en décembre 1940 à Tournus (Saône-et-Loire) avec une employée de mairie. Le couple eut cinq filles.

Henri Tachet enseigna dans le Vaucluse (Sérignan, février 1940, Sarrians, septembre 1940, Bédarrides, 1941-1945). Il repartit pour la Saône-et-Loire (Epinac-les-Mines, septembre 1945, Dompierre-les-Ormes, septembre 1947, Chalon-sur-Saône, septembre 1948). Après avoir à nouveau enseigné dans le Vaucluse (Lacoste, septembre 1950, Pernes-les-Fontaines (septembre 1951-septembre 1952) où il présidait la ligue des amis de l’école laïque, il fut nommé dans le Var. Instituteur à Six-Fours en 1952 puis à l’école de garçons du quartier de La Loubière à Toulon, il obtint des directions d’école dans cette ville (quartier Brunet, puis à partir de décembre 1956, Bon Rencontre, enfin école Lazare Carnot). Il termina sa carrière en 1975 comme directeur de l’école Malsert à La Seyne. Son épouse travaillait comme agent principal, puis rédactrice à la mairie de Sanary.

Henri Tachet milita dans la section du Vaucluse du Syndicat national des instituteurs. Dans celle du Var, membre du conseil syndical sur la liste "d’action et d’indépendance syndicale" en janvier 1954, élu dans sa circonscription avec 64 voix sur 110 suffrages exprimés, il devint secrétaire de la commission d’action sociale et conserva cette responsabilité après sa réélection au conseil syndical, en janvier 1956 sur une liste analogue qui affirmait son accord avec les orientations majoritaires sur le plan national. Responsable de la commission des directeurs à partir de 1956, il fut réélu au début de 1958 au conseil syndical sur la liste "Pour un syndicalisme indépendant, réaliste et constructif". Candidat au conseil syndical sur une liste identique qui précisait "(liste majoritaire)", il arrivait en dernière position en 1960 et n’était pas réélu.

Henri Tachet adhéra aux Jeunesses socialistes SFIO en 1935 puis au Parti socialiste SFIO. Au début de la Cinquième République, il manifesta un violent antigaullisme. Il adhéra du Parti socialiste après le congrès d’Epinay et en resta membre jusqu’à la fin des années 1970, désapprouvant certainement depuis longtemps le rapprochement avec les communistes, mais militant pour la candidature de François Mitterrand aux élections présidentielles de mai 1981. Il quitta par la suite le parti pour des raisons de politique générale et locale. Militant de la Libre-Pensée, de la Franc-Maçonnerie (Grand-Orient de France), de la Fédération des œuvres laïques, il était aussi coopérateur, dirigeant et arbitre de la Ligue départementale de football.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article174231, notice TACHET Henri par Jacques Girault, version mise en ligne le 25 juin 2015, dernière modification le 25 juin 2015.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. mun. Toulon, 9 W 1. — Presse syndicale. — Renseignements fournis par la famille de l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément