DRÉAU Pierre, Louis, Marie

Par Gilles Pichavant

Né le 11 novembre 1887 à Pont-l’Abbé (Finistère) ; Forgeron des chemins de fer de l’État à Dieppe ; secrétaire de l’Union locale CGT de Dieppe (Seine-Inférieure,Seine-Maritime) de 1919 à 1921.

Fils d’un jardinier et d’une ménagère, Pierre Dréau fut élu trésorier du syndicat confédéré des Cheminots de Dieppe lorsqu’il reprit vie le 10 mars 1917, puis trésorier adjoint en janvier 1918.

Il fut l’un des principaux artisans de la renaissance de la vie syndicale dans le port normand à la fin de la guerre. Élu secrétaire des Cheminots le 5 octobre 1918, il fut à l’origine de la création de l’Union locale le 25 septembre 1919, dont il prit la direction.

Le 27 novembre, il conduisit la liste ouvrière d’action républicaine pour les élections municipales et obtint 874 voix et 28,94% de voix ; au 2e tour 793 voix se portèrent sur son nom, il ne fut pas élu.

Un peu partout en Seine-Inférieure, à l’exemple des Cheminots de Sotteville-lès-Rouen, les minoritaires prenaient le contrôle des syndicats. Ce fut chose faite à Dieppe le 26 janvier 1920 : une grande assemblée fut réunie à 20 heures, salle des conférences, rue Victor Hugo, Pierre Dréau et les majoritaires furent mis en minorité par Robert Arpajou et ses partisans.

Le 29 février 1920, alors que la première grève nationale des cheminots avait été déclenchée la veille, Dréau et les siens cédèrent devant le déploiement de force militaire en gare de Dieppe, et la menace de révocation brandie par le ministre, et reprirent le travail. Cela provoqua un flottement parmi les grévistes qui ne furent plus qu’une centaine le lendemain, sur les plus de 1100 employés des chemins de fer de la ville.

Il n’en restait pas moins secrétaire de l’Union locale et siégea à la commission administrative de l’Union départementale jusqu’au congrès de Dieppe où Maurice Gautier et les minoritaires en prirent le contrôle le 3 juillet 1921.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article174266, notice DRÉAU Pierre, Louis, Marie par Gilles Pichavant, version mise en ligne le 17 mai 2020, dernière modification le 4 septembre 2020.

Par Gilles Pichavant

SOURCES : Fonds ancien de Dieppe, presse locale : La Vigie, l’Impartial, l’Éclaireur — Arch. Dép de Seine-maritime, cote 10M 355, 10 MP 1408 Bureaux syndicaux 1918-1919. Arch. de la sous-préfecture de Dieppe non classées.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément