ALLARD Désiré

Par Lescureux Christian, Dominique Tantin

Né le 26 juin 1923 à Fouquières-lès-Lens (Pas-de-Calais), exécuté sommairement le 25 juillet 1944 à Fouquières-lès-Lens ; ajusteur aux ateliers centraux des Mines de Courrières ; résistant FTPF et Forces unies de la Jeunesse patriotique.

Désiré Allard
Désiré Allard
Crédit : site Histoire de Fouquières

Désiré Allard était le fils de Gabriel, houilleur, et de Lenglet Aline, ménagère. Célibataire, il demeurait chez ses parents à Fouquières-lès-Lens, 31 rue Jean Jacques Rousseau.
Selon un site Internet référencé dans les sources, il se serait engagé dans les Francs-Tireurs et Partisans français dès 1942, et serait devenu responsable du secteur 4 des Forces Unies de la Jeunesse patriotique. Il aurait participé à partir de mai 1943 des actions de sabotage contre les péniches de carburant à Harnes et les pylônes desservant les centrales, à la récupération d’armes, à une action contre les grands magasins de Beaumont pour approvisionner les réfractaires, et il aurait dirigé un mouvement de grève en 1943.
Avec Antoine Ortu, il fut abattu dans la nuit du 24 au 25 juillet 1944 par des soldats allemands.
La police nationale de Fouquières-lès-Lens rapporta au sous-préfet de Béthune le 25 juillet 1944 que dans la nuit du 24 au 25, une patrouille allemande avait interpellé deux jeunes gens résidant sur le territoire de Fouquières et aurait trouvé sur eux des grenades d’origine étrangère. Ces deux jeunes gens ont été exécutés sur le champ par la patrouille. Il s’agit des nommés Allard Désiré et Ortu Antoine. Le premier a été vraisemblablement tué sur le coup ; quant à Ortu il mourut à l’hôpital où il avait été transporté.
Selon le rapport de la brigade de police de Billy-Montigny, plusieurs personnes ont déclaré avoir entendu des coups de feu vers 1 h 30, il est donc supposé qu’ils aient été exécutés à cette heure. Les corps furent découverts sous le pont de chemin de fer de la Compagnie des Mines de Courrières reliant la fosse 2 de Billy-Montigny à la fosse 6 de Fouquières-lès-Lens. Ce pont fut dénommé "des Fusillés" ainsi que la rue. Il disparut dans les années 1970.
Selon les RG de Lens, les militaires de la Wehrmacht auraient été menacés de grenades par les deux jeunes gens, les soldats auraient alors riposté et tué sur le coup les deux individus.
Le commissaire principal de Lens déclara, que fouillés au corps, les jeunes gens furent trouvés porteurs chacun d’une grenade à main d’origine étrangère et furent exécutés sur place. Deux étuis de cartouches du calibre 9 mm furent trouvés sur les lieux.
Selon le témoignage (PV de gendarmerie du 12 août 1963) de Lucien Delannoy, capitaine et responsable FTP du secteur de Billy-Montigny, les deux jeunes gens avaient reçu pour mission d’exécuter deux délateurs résidant au « Bar Populaire » de Billy-Montigny. Ils jetèrent deux grenades. Les Allemands alertés, leur donnèrent la chasse. Les résistants furent arrêtés, fouillés, gardés à vue puis exécutés.
Un monument commémore ces exécutions rue du Quart de Six heures. Il porte l’inscription :"Ici périrent le 25 juillet 1944 Désiré Allard et Antoine Ortu, assassinés par les Allemands."
Leurs noms ont été donnés à deux résidences de Fouquières-lès-Lens.
Homologué au grade d’adjudant à titre posthume, il obtint la mention Mort pour la France et le titre d’Interné résistant le 10 septembre 1964.
Il est inhumé dans le cimetière de Fouquières-lès-Lens.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article174449, notice ALLARD Désiré par Lescureux Christian, Dominique Tantin, version mise en ligne le 10 juillet 2015, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Lescureux Christian, Dominique Tantin

SOURCES : SHAD-AVCC, Caen, 21P696846. — Arch. Dép. Pas-de-Calais, 1 Z 677.— Site sur l’histoire de Fouquières-lès-Lens

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément