MOREAU Julien, Joseph, Ghislain

Par Christian Lescureux

Né le 13 novembre 1924 à Marcinelle (Belgique), exécuté sommairement le 8 juillet 1944 à Givenchy-en-Gohelle (Pas-de-Calais) ; ouvrier mineur ; résistant.

Fils de Edmond Moreau et de Michaux Aline, Julien Moreau, de nationalité française, célibataire, était domicilié chez ses parents à Angres (Pas-de-Calais) rue Dugay Trouin, cité Caumont .

Le 8 juillet 1944, vers 21 h, deux jeunes hommes, Barski Simon et Moreau Julien venant de la direction de Angres par le chemin de grande communication n°51, se dirigeant vers Givenchy par le chemin de grande communication n° 55 ont été interpellés par une patrouille cycliste allemande à une vingtaine de mètres du Carrefour au lieu-dit « Le Cabaret rouge ». Après fouilles, ils ont été conduits au lieu dit « les Huit » (territoire de Givenchy) et fusillés.

Le groupe auquel appartenaient ces deux jeunes hommes avait été reconstitué au lendemain du débarquement du 6 juin, sous la direction de Julien Moreau, contrôlé par Kléber Monjou. Il avait à son actif la tentative de sabotage des compresseurs de la Fosse 5 de Calonne-Liévin, un sabotage à l’usine d’essence synthétique à Liévin et autres actions.

Jules Roland appartenant à ce groupe a pu préciser que, réunis le 9 juillet chez Julien Moreau, l’ordre est parvenu d’envoyer à Arras deux hommes du groupe pour une mission qui serait révélée en cours de route. Moreau s’est imposé comme chef de groupe et Barski a été désigné par tirage au sort à la courte paille.

A la sortie de la cité Caumont à Angres, ils ont été dépassés par la patrouille de la Wehrmacht à vélo. A Givenchy ils ont été interceptés par cette patrouille, fouillés et trouvés porteurs d’armes. Conformément aux ordres de l’époque, le chef du détachement a ordonné leur exécution sur place. Une dame serait intervenue pour l’éviter et n’aurait obtenu que l’exécution ait lieu plus loin, hors de la présence d’enfants.

Dans le bosquet les deux cadavres étaient allongés sur le dos, à un mètre l’un de l’autre, les corps portaient les traces de nombreuses blessures par balles .
Ils ont été enterrés à Givenchy, puis après la Libération inhumés à Liévin. Le 14 juillet 1944 dans l’après-midi une foule considérable est allée se recueillir sur les tombes.

Le nom de Julien Moreau est inscrit sur le monument aux Morts d’Angres (Pas-de-Calais). Il fut homologué IR-FFI et obtint la mention Mort pour la France.

Jules Roland fut arrêté le 27 juillet 1944.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article174552, notice MOREAU Julien, Joseph, Ghislain par Christian Lescureux, version mise en ligne le 16 juillet 2015, dernière modification le 6 janvier 2019.

Par Christian Lescureux

SOURCES : Service historique de la Défense, Caen AVCC AC 21 P 105394 et Vincennes GR 16 P 429595 (à consulter). — Archives départementales du Pas-de-Calais, 1 Z 677 : Rapport de police de la Sûreté de Lille 23 juillet 1944. — Jean Marie Fossier, Zone Interdite, Éditions sociales, p. 278-279.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément