BOULANGER Marceau, Théodore [GASTON dans la Résistance]

Par Jean-Pierre Besse

Né le 21 mars 1898 à Saint-Vaast-lès-Mello (Oise), mort le 17 juin 1981 à Nogent-sur-Oise (Oise) ; ouvrier carrier ; militant communiste, résistant, inter-départemental technique de l’inter 27 (dite Normandie-Picardie) en 1944.

Fils d’un ouvrier carrier, Marceau Boulanger naquit dans une famille nombreuse (un de ses frères Hervé mourut en déportation) et commença à travailler dès l’âge de treize ans d’abord comme ouvrier maçon puis comme ouvrier carrier. En 1926 il était manœuvre chez Parvillé, entreprise fabricant des isolateurs électriques qui était implantée à Cramoisy (Oise).
Combattant de la Première Guerre mondiale, Marceau Boulanger adhéra au Parti communiste dès 1920 et milita syndicalement ce qui l’obligea de quitter Saint-Vaast-lès-Mello (Oise) au début des années 1930 pour aller travailler à Soissons (Aisne).
De retour à Saint-Vaast en 1932, il travailla dans diverses entreprises métallurgiques du bassin creillois (Wallut, Brissonneau, Forges) avant de retrouver, au moment du Front populaire, du travail dans les carrières. Lors des élections municipales de 1935, Marceau Boulanger connut sa première tentative électorale dans sa commune natale mais échoua, n’obtenant que 89 voix sur 188 suffrages exprimés au premier tour et 86 au second (le dernier élu obtenant 100 voix). Il échoua une nouvelle fois en février 1939 lors d’une élection partielle.
Marceau Boulanger fut, comme un certain nombre de militants communistes du bassin creillois, convoqué par la police en décembre 1940 puis entra très tôt dans la Résistance. Marceau Boulanger assura la fourniture de matières explosives aux premiers groupes de résistants communistes en s’emparant de ces produits dans les carrières où il travaillait. Les rapports de gendarmerie signalent en effet plusieurs vols entre octobre 1941 et avril 1942.
Il devint l’un des responsables du détachement FTP Valmy, le plus nombreux et le plus actif du département avant de se voir confier des responsabilités départementales et interrégionales au sein des FTP. Il était en 1944, inter technique de l’inter 27.
À la Libération, Marceau Boulanger fut quelque temps membre du secrétariat départemental du Parti communiste (jusqu’à l’été 1945) et devint responsable des « Amis des FTP » lors de leur constitution en mars 1945.
Nommé conseiller municipal à Montataire (Oise) le 16 septembre 1944, il fut réélu dès le premier tour en avril 1945 avec 1 696 voix sur 3 042 suffrages exprimés et 4 142 inscrits. Réélu en octobre 1947, toujours au premier tour, il démissionna en décembre 1951.
Cette démission est sans doute à mettre en rapport avec la crise qui secouait alors le communisme local et la municipalité de Montataire. Certaines sources affirment qu’il fut alors exclu. Marceau Boulanger eut des obsèques civiles.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article17479, notice BOULANGER Marceau, Théodore [GASTON dans la Résistance] par Jean-Pierre Besse, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 20 octobre 2008.

Par Jean-Pierre Besse

SOURCES : Arch. Dép. Oise, séries M. et W (en particulier 33 W 8 250, 138 W 1 112) - Le travailleur de l’Oise, 1944-1949. — Souvenirs de vieux militants. — Rencontre avec Madame Marceau Boulanger.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément