VIGNERON Jean

Par Didier Bigorgne

Né le 26 janvier 1917 à Fromelennes (Ardennes), mort le 24 avril 2001 à Charleville-Mézières (Ardennes) ; ouvrier d’usine, puis employé à la Sécurité sociale ; syndicaliste et militant socialiste ; résistant à Libération-Nord et membre du Comité départemental de Libération des Ardennes ; maire de Fromelennes (1944-1945, puis 1947-1983).

Fils d’un cultivateur, et d’une mère au foyer, Jean Vigneron était le dernier d’une famille de trois enfants (deux garçons et une fille). Il ne connut pas son père qui mourut en août 1917. Sa mère qui se remaria, lui donna deux demi-frères. Il fréquenta l’école communale de Fromelennes d’où il sortit avec le certificat d’études primaires. Il travailla alors à la ferme familiale tout en suivant les cours du soir pour obtenir le CAP d’ajusteur. En 1933, il fut embauché, en qualité d’ouvrier ajusteur, à la Compagnie française des Métaux de Fromelennes.

Mobilisé en septembre 1939, Jean Vigneron fut fait prisonnier lors de la campagne de France. Il s’évada en février et réussit à gagner Paris où il rencontra des responsables du mouvement de résistance Libération-Nord. De retour à Fromelennes en octobre 1941, il organisa un réseau qui s’activa dans la recherche du renseignement et dans la propagande. Avec l’institution du S.T.O. en 1943, Jean Vigneron développa le maquis. Nommé chef de secteur pour la pointe de Givet, il coordonna toutes les actions : filières d’évasion, renseignements aux alliés, sabotages et libération du territoire. Membre du Comité départemental de Libération des Ardennes, au titre de Libération-Nord, il devint président du comité de Libération de Givet, puis maire de Fromelennes à partir du 9 septembre 1944, fonction qu’il exerça jusqu’au 29 avril 1945.
Le 4 octobre 1944, Jean Vigneron participa à la reconstruction de la Fédération socialiste SFIO des Ardennes. Nommé membre de la commission administrative provisoire, il fut confirmé à la commission exécutive lors du premier congrès départemental qui se tint le 5 novembre suivant. Il conserva son mandat jusqu’au 22 février 1948. Malgré l’échec de la liste socialiste SFIO qu’il conduisit aux élections municipales des 29 avril et 3 mai 1945, il fut réélu conseiller municipal de Fromelennes. Au nouveau scrutin des 19 et 26 octobre 1947, il conduisit la liste de son parti à la victoire. Il redevint maire de Fromelennes et le demeura jusqu’au 20 mars 1983, date à laquelle il se retira de la vie politique locale.

Jean Vigneron était un militant qui savait prendre ses distances avec la Fédération socialiste SFIO en certaines circonstances. En effet, il fut l’un des rares maires socialistes des Ardennes à se joindre aux élus du Parti communiste et du PSU pour signer l’appel en faveur des Etats généraux pour le désarmement général et la Paix qui se tinrent à Paris le 19 mai 1963. Cet engagement personnel ne l’empêcha pas d’être le candidat de son parti aux élections pour le Conseil général des 8 et 15 mars 1964 dans le canton de Givet ; il échoua au premier tour en obtenant 918 voix sur 7557 inscrits et 4489 votants.

Parallèlement à son activité politique, Jean Vigneron occupa des responsabilités syndicales qui furent plus brèves. Le 8 octobre 1944, il devint membre de la commission exécutive de l’UD-CGT des Ardennes et le demeura jusqu’au 13 avril 1946. Il approuva la scission syndicale provoquée par la conférence des Amis de Force ouvrière (18-19 décembre 1947), puis il adhéra à l’Union départementale Force ouvrière des Ardennes qui se constitua le 18 janvier 1948. Délégué du personnel à la Compagnie française des Métaux, il mit fin à son mandat à la fin des années 1950 lorsqu’il entra à la Sécurité sociale, en qualité d’employé au centre de Givet. Il devint ensuite chef de centre jusqu’à son départ à la retraite en 1977.

Jean Vigneron qui avait épouse Juliette Giot, sans profession, le 25 avril 1942 à Winenne (Belgique), était père d’un garçon. Inhumé dans son village natal de Fromelennes, il était titulaire de la croix de guerre 1939-1945, de la croix du combattant volontaire de la Résistance, de la médaille d’honneur du travail et de la médaille d’honneur départementale et communale.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article174831, notice VIGNERON Jean par Didier Bigorgne, version mise en ligne le 28 juillet 2015, dernière modification le 28 juillet 2015.

Par Didier Bigorgne

SOURCES : Arch. Dép. Ardennes, 3M7, 8 et 9. — Le Réveil Ardennais, 6 et 13 octobre 1944. — Bulletin municipal de Fromelennes, n° 163, juillet 2001. — Renseignements communiqués par Bernard Vigneron, fils de l’intéressé . — État civil de Fromelennes.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément