CARMENTRAN Jean-Jacques

Par Louis Botella

Né le 19 octobre 1947 à Laplume (Lot-et-Garonne), mort le 11 mai 2014 à Agen (Lot-et-Garonne) ; employé, chef de groupe puis cadre à la SNCF ; secrétaire général de la Fédération Force ouvrière (FO) des cheminots (novembre 1984-novembre 1998) ; membre de la commission exécutive confédérale (1989-2000) ; membre du Conseil économique et social européen (2002-2006).

Né dans le canton de Laplume (Lot-et-Garonne) et fils d’un couple de commerçants, Jean-Jacques Carmentran débuta sa carrière à la SNCF sur la région de Paris Sud-est. Après avoir été commis en gare de Paris Lyon, il devint employé au dépôt de Paris Sud-est, puis successivement chef de groupe, sous-chef de bureau puis inspecteur.

Il adhéra à FO à la fin des années 1960. Il fut élu membre de la commission nationale des jeunes (CNJ) de la Fédération FO des cheminots en 1970. Il représenta le syndicat de Villeneuve Saint-Georges lors du congrès fédéral qui eut lieu en juin 1973.

Depuis au moins 1979, il assuma la fonction de secrétaire de la section technique régionale des Services communs de Paris Sud-est.

Alors secrétaire du syndicat de Paris Sud-est, il devint, en novembre 1981, assistant du représentant FO au conseil d’administration de la SNCF.

En mars 1982, il succéda à Jean-Claude Tartié au poste de secrétaire général de l’UNCMT (Union nationale des cadres, agents de maîtrise et techniciens), fonction qu’il assuma jusqu’en mars 1985. Il fut alors remplacé par Louis Botella.

Daniel Iarovay abandonnant, pour raisons de santé, son mandat de secrétaire général de la fédération, Jean-Jacques Carmentran fut élu pour le remplacer, lors de la tenue d’un conseil national en novembre 1984. A l’automne 1998 à Tours, ce fut Eric Falempin qui lui succéda.

Lors du congrès confédéral qui eut lieu fin janvier-début février 1989 - fort difficile pour l’unité de FO lors de la succession d’André Bergeron - Jean-Jacques Carmentran devin membre de la commission exécutive confédérale. Il y siégea jusqu’en février 2000.

Au plan international, il était membre du comité de la section des cheminots de l’ITF (Fédération internationale des travailleurs des transports) et vice-président du CST/CE (Comité syndical des transports dans la Communauté européenne).

Il fut également nommé au sein du Conseil national des transports (CNT). La Confédération FO le désigna pour siéger, entre le 24 septembre 2002 et le 20 septembre 2006, au Conseil économique et social européen à Bruxelles.

Passionné de ball-trap (et de chasse) et tireur chevronné, il occupait pendant de nombreuses années le poste de président de la section de ball-trap de l’Union sportive de Rugles, commune de l’Eure, située à la limite de ce département avec celui de l’Orne.

Après quelques années, il retourna dans son Lot-et-Garonne natal. Il occupa d’importantes fonctions au sein d’une loge maçonnique à Agen.

Il était chevalier dans l’Ordre national du Mérite.

La maladie, qui le faisait souffrir pendant de très nombreuses années, eut finalement raison de son courage.

Ses obsèques eurent lieu le 15 mai 2014 à Lamontjoie (Lot-et-Garonne).

Françoise, son épouse, également cheminote, milita aussi au sein de FO à Paris Sud-est.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article174869, notice CARMENTRAN Jean-Jacques par Louis Botella, version mise en ligne le 3 août 2015, dernière modification le 1er mai 2020.

Par Louis Botella

SOURCES : Arch. de la Fédération FO des cheminots. — La Dépêche du Midi, édition d’Agen, le 13 mai 2014. — Le Petit bleu, Agen, le 15 mai 2014. — Le Réveil normand, édition de l’Eure, 13 juillet 2014. — Notes de Noël Mazet. — Site Internet : deces.matchid.io, avril 2020.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément