SOUM Gilbert [SOUM-GLAUDE Gilbert, dit]

Par André Balent, Pierre Gros

Né le 17 août 1939 à Bessèdes-de-Sault (Aude), mort le 24 décembre 1993 à Cabestany (Pyrénées-Orientales) ; instituteur puis professeur d’enseignement général de collège et professeur certifié ; militant syndicaliste (SNI, SNES, SE) ; militant du Parti socialiste ; adjoint au maire de Cabestany.

Gilbert Soum à la tribune du congrès du SNI à Pau
Gilbert Soum à la tribune du congrès du SNI à Pau
Extrait de Renée Soum, (op. cit., 2006). Cliché recadré par André Balent

Ses grands-parents étaient instituteurs ainsi que son père, adhérent ou sympathisant de la SFIO. Gilbert Soum-Glaude, élève de son père à Niort-de-Sault (Aude), puis du collège et du lycée de Limoux (Aude), entra à l’École normale d’instituteurs de Perpignan en 1956. Nommé instituteur à l’école de garçons de Sorède (1960-1962), il projeta, dans le cadre de la Fédération des œuvres laïques, des films dans les villages. En 1962-1963, il effectua son service militaire dans les transmissions à Montélimar (Drôme). Il retrouva un poste d’instituteur à Sorède et participa, en 1964-1965, au stage de formation des professeurs d’enseignement général des collèges à Montpellier. Nommé au collège Joseph-Sébastien Pons à Perpignan en 1965 pour enseigner les mathématiques et la technologie, il fut muté au collège de Cabestany (Pyrénées-Orientales) en 1975 et y fut en poste jusqu’à son décès, y compris lorsqu’il accéda au corps des certifiés.

Gilbert Soum épousa religieusement le 20 juillet 1960 à Vernet-les-Bains (Pyrénées-Orientales), après s’être fait baptiser, Renée Sabourau, professeur certifié de mathématiques. Le couple eut deux enfants. Sa fille Magali, domiciliée à Elne (Pyrénées-Orientales) fut candidate aux élections départementales de 2015 dans le canton d’Elne sur une liste mixte rassemblant des socialistes et des communistes. Elle fut, à l’issue de ce scrutin, élue conseillère départementale suppléante. Leur fils, Pierre-Étienne, est employé au conseil départemental des Pyrénées-Orientales à la direction du Patrimoine et de la catalanité (2015) et responsable de l’Union catalane des MJC.

Son épouse, Renée Sabourau) militante du SNI puis du SNES (École émancipée au SNI puis Unité, Indépendance et Démocratie (UID) au SNI et au SNES), adhéra au PS au début des années 1970. Secrétaire de la fédération catalane du Parti socialiste avant 1981, elle fut élue députée des Pyrénées-Orientales en mai 1981.

À l’École normale de Perpignan, Gilbert Soum adhéra au Syndicat national des instituteurs (SNI) et milita à l’École émancipée pendant quelques mois avant et après 1968. Il s’opposait à la tendance Unité et action de la section départementale dont le secrétaire élu le 16 décembre 1965, Gérard Erb, était de la même génération et fut longtemps son collègue de travail au collège de Cabestany. Mais dès 1970, il devenait l’un des animateurs départementaux de la tendance « autonome » puis UID, alors minoritaire dans le département. Impulsée notamment par Soum, la tendance UID progressa régulièrement avec l’aide de la majorité des directions nationales du SNI et de la Fédération de l’Éducation nationale (FEN) et de la direction régionale de la FEN. Aussi, en juin 1972, la liste UID obtint-elle la majorité au conseil syndical de la section départementale du SNI et Soum devint le secrétaire général au début de 1973. Bénéficiaire d’une demi-décharge, il était aussi le responsable de la catégorie des PEGC. Il favorisa l’élection de son beau-frère Aimé Gouzy au secrétariat départemental de la FEN. Dominante dans la région, la coordination régionale de la FEN fut assurée par Pierre Gros qui reçut une aide constante de Soum. Étant devenu professeur certifié, il fut remplacé par Yves Armangau à la tête de la section du SNI-PEGC des Pyrénées-Orientales. Il siégea à la CAPA des PEGC où il fut élu et réélu (le 15 décembre 1975 puis le 14 décembre 1978 avec Gérard Erb, puis à nouveau le 15 décembre 1981).

Gilbert Soum, qui connaissait la langue occitane, animait de nombreux débats dans la région, y compris à la radio. Ses responsabilités syndicales ne l’empêchèrent pas de reprendre ses études et d’obtenir une licence de mathématiques. Professeur certifié stagiaire en 1986-1987, il fut promu professeur certifié en 1987. Il adhéra au Syndicat national des enseignements de second degré (SNES), et participa activement à la vie de la tendance UIDR minoritaire dans la section académique (S3) du SNES animée par Pierre Gros. Élu à la commission administrative du S3 et à son bureau, il participa au congrès de Saint-Malo du SNES en 1991. Il contribua de façon très active à l’organisation du congrès national de la FEN de Perpignan (1992) qui prononça l’exclusion du SNES et aboutit à la création de la FSU. Il adhéra au Syndicat des enseignants dont il devint le responsable de la section académique.

Tout comme son épouse, Soum adhéra au Parti socialiste en 1973, après avoir avoir passé quelque temps à l’UGCS de Jean Poperen. Il militait à la section de Cabestany – où il résidait depuis les années 1980 – dont il fut un des adjoint au maire (Jean Vila, PCF). Il ambitionnait alors de prendre la tête d’une liste socialiste à l’occasion des élections municipales de 1995.

Il mourut subitement à la veille de Noêl 1993. Après ses obsèques civiles, son nom fut donné à la salle de réunion du SE-UNSA de Perpignan.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article174958, notice SOUM Gilbert [SOUM-GLAUDE Gilbert, dit] par André Balent, Pierre Gros, version mise en ligne le 10 août 2015, dernière modification le 4 octobre 2021.

Par André Balent, Pierre Gros

Gilbert Soum à la tribune du congrès du SNI à Pau
Gilbert Soum à la tribune du congrès du SNI à Pau
Extrait de Renée Soum, (op. cit., 2006). Cliché recadré par André Balent

SOURCES : Archives du SNI (puis SNI-PEGC) détenues par Maichel Ribera, PEGC à Perpignan, consultées par André Balent en juillet puis en août 1984. — Presse syndicale. — Renée Soum, Une si longue marche. Parcours d’une femme militante, Cabestany, Éditions le temple d’Or, 2006, 119 p. — Renseignements fournis par son épouse à Pierre Gros, miltant du SNES et de la FEN du Gard. – Sources orales recuellies par Pierre Gros. — Informations recueillies par André Balent auprès de militants du SNI-PEGC et du SNES des Pyrénées-Orientales ; souvenirs personnels d’André Balent, d’abord élu au conseil syndical départemental du SNI-PEGC alors que Soum était secrétaire départemental puis qui côtoya Soum au SNES.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément