LUENGO GUILLEM Miguel [écrit aussi "GUILLÉN"]

Par André Balent, Dominique Tantin

Né le 18 octobre 1907 à Saragosse (Aragon, Espagne), mort exécuté sommairement par la police allemande le 14 (15 ?) mai 1943 (nuit du 14 au 15) à Ornolac-Ussat-les-Bains (Ariège) ; ouvrier du meuble (Espagne), charpentier (Ariège) ; résistant ; passeur vers l’Espagne d’une filière vers l’Andorre et l’Espagne d’un réseau polonais et du réseau Pat O’Leary (belgo-britannique).

Miguel Luengo Guillem (1907-1943)
Miguel Luengo Guillem (1907-1943)
Cliché : Arch. dép. Ariège, 64 J 23, fonds Claude Delpla.

Si son patronyme maternel est orthographié généralement « Guillem » [catalan] — notamment sur l’acte de décès — il l’est aussi parfois « Guillén » [castillan].
Miguel Luengo était le fils de Santiago et de Pilar Guillem Usarralde. Il se maria avec Marcelina Villa de Sola. Avant 1936, il était ouvrier du meuble.

Combattant de la guerre civile espagnole sans doute dans les rangs anarchistes puisqu’il fut interné en 1939 au camp du Vernet-d’Ariège (Ariège). Il intégra ensuite un GTE (Groupement de travailleurs étrangers) affecté à la construction du barrage hydro-électrique de Gnioure (commune de Lercoul dans la haute vallée pyrénéenne de Siguer). Il travailla ensuite comme charpentier à Ussat-les-Bains (commune d’Ornolac-Ussat-les-Bains) dans le Sabarthès (haute vallée de l’Ariège), en amont de Tarascon-sur-Ariège.

En 1943, il était toujours domicilié à Ussat-les-Bains Il était un passeur du réseau de passage vers l’Espagne Pat O’Leary (Voir Ponzán Francisco]) d’une filière clandestine vers l’Espagne, via l’Ariège et les Pyrénées-Orientales (Voir Olibo Jean), rattaché sans doute au réseau F2, centré sur Toulouse. Sans doute dénoncé, il fut surpris, dans la nuit du 14 au 15 mai 1943 (2 heures du matin ?), par une patrouille de la Sipo-SD qui lui tendait un guet-apens au pont d’Ornolac. Les policiers se trouvaient aux deux extrémités du pont. Pour leur échapper, il plongea dans l’Ariège et fut mitraillé. Mortellement atteint, son corps fut emporté par la rivière. Il fut retrouvé à Saint-Paul-de-Jarrat, sur la rive gauche de l’Ariège, entre Foix et Tarascon près de l’usine électrique de Saint-Antoine (hameau de la commune de Saint-Paul-de-Jarrat, comme l’indique l’acte de décès. L’état civil de Saint-Paul-de-Jarrat dressa d’abord l’acte d’un « inconnu », d’un mètre soixante-dix environ, vêtu « d’un tricot de peau de coton blanc, d’une ceinture de flanelle bleue, d’un caleçon blanc et d’un pantalon de travail bleu ». On nota aussi le port d’une ceinture en cuir ; les vêtements étaient « en lambeaux ». On a trouvé une montre-bracelet, dans une poche de son pantalon.

Ayant été identifié, son identité fut portée, le 10 juin 1943 en marge de l’acte de décès. Une décision modificative de l’acte de décès (Paris, 25 février 1954) fut portée en marge de cet acte. Elle indiquait qu’il était décédé, en fait, à Ussat-les-Bains, sa commune de résidence. Le 14 mai 1943 demeure la date officielle de son décès. Toutefois, si Luengo fut mitraillé vers deux heures du matin, le décès eut lieu le 15. Il fut inhumé au cimetière de Saint-Paul-de-Jarrat.

Déclaré « Mort pour la France », il avait été homologué soldat des FFI (combattant de la Résistance intérieure française).

Près de la chapelle d’Ussat-les-Bains, un monument commémoratif fut inauguré le 12 août 1990 par .André Méric, secrétaire d’État aux Anciens combattants et victimes de guerre, en présence du général Vituski. Sur ce monument, une plaque comporte le texte suivant :
"1940-1944 - "Pro vestra et nostra libertate" Maréchal ZDROJEWSKI. 200 militaires Polonais sont partis de ces lieux pour rejoindre l’armée Polonaise libre. Hommage et Reconnaissance aux populations d’Ornolac, Ussat-les-Bains et Ussat, aux Résistants et Passeurs Polonais, Espagnols et Français, à l’Armée Polonaise clandestine en France (Mal ZDROJEWSKI) - Les passeurs [suivent les noms] fusillés à Ornolac-Ussat-les-Bains le 15 mai 1943, Tous unis dans le sacrifice et l’honneur contre la barbarie."
Miguel Luengo Guillen (noté "MIGUEL, LUENGO, GUILLEN fusillés" sur la plaque alors qu’il s’agit d’une seule personne).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article175084, notice LUENGO GUILLEM Miguel [écrit aussi "GUILLÉN"] par André Balent, Dominique Tantin, version mise en ligne le 18 août 2015, dernière modification le 19 juin 2020.

Par André Balent, Dominique Tantin

Miguel Luengo Guillem (1907-1943)
Miguel Luengo Guillem (1907-1943)
Cliché : Arch. dép. Ariège, 64 J 23, fonds Claude Delpla.
Ussat-les-Bains (Ariège). Stèle en mémoire des passeurs polonais, espagnols et français. Détail de la plaque. Miguel Luengo est mentionné.
Cliché : André Balent, 2 juin 2020.
Ussat-les-Bains (Ariège), stèle aux passeurs polonais, espagnols et français. Miguel Luengo est mentionné.
Cliché André Balent, 2 juin 2020

SOURCES : Arch. dép. Ariège, 64 J 23, fonds Claude Delpla. — Arch. com. Saint-Paul-de-Jarrat, état civil, acte de décès et mention marginale modificative rédigée à Paris le 25 février 1954. — Sites Mémoire des Hommes et MémorialGenWeb consultés par André Balent et Dominique Tantin. — Notes de Jean-Pierre Besse et David Aguilar.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément