BOULOIS Pierre, Jean

Par Fabien Conord

Né le 25 décembre 1913 à Cérilly (Allier), mort le 11 août 1977 à Cérilly ; auxiliaire au service de l’enregistrement puis fermier ; militant socialiste SFIO de l’Allier ; conseiller général ; président de la chambre d’agriculture de l’Allier.

Orphelin de guerre – son père fut tué en 1916 –, Pierre Boulois quitta l’école après le certificat d’études primaires pour devenir auxiliaire au service de l’enregistrement jusqu’en 1935. Il s’installa ensuite comme fermier, sur un domaine de quinze hectares, à Cérilly.

C’est après la Libération que débutèrent les activités politiques et syndicales de Pierre Boulois. Élu conseiller général du canton de Cérilly le 23 septembre 1945, seul candidat face à un communiste, il reconstitua une section SFIO à Cérilly, dont il fut secrétaire de 1946 à 1949. Élu membre de la chambre d’agriculture de l’Allier le 3 février 1952, il en devint vice-président en 1955. Trois ans plus tard, en 1958, la gauche devenue majoritaire, il fut élu président. En 1962, il fut élu député suppléant de la 3e circonscription avec Charles Magne*. Mais Pierre Boulois, dont les méthodes de direction de la Chambre consulaire étaient très contestées, fut renversé en 1964 au profit d’un autre membre de la SFIO, Henri Sarron*. Dès lors, aigri par cet échec, dont il imputa la responsabilité aux communistes et à Georges Rougeron*, Pierre Boulois qui, depuis 1945, avait durement affronté le PCF dans son canton de Cérilly et qui avait fait adhérer le conseil général à la SAFER d’Auvergne en 1962 (contre le PCF là encore), s’éloigna peu à peu de la SFIO. En mars 1970, il contribua à renverser Georges Rougeron en quittant le groupe socialiste pour élire le centriste Jean Cluzel président du conseil général. Mais en 1973, cette attitude fut sanctionnée par les électeurs, puisque Pierre Boulois perdit son siège de conseiller général au profit du maire communiste de Cérilly.

Pierre Boulois, marié et père d’un enfant, resta par contre très actif dans le monde rural, puisqu’il présidait la coopérative de l’habitat rural du Bourbonnais et la coopérative d’insémination artificielle de l’Allier (depuis 1974), était vice-président du groupement de défense sanitaire de l’Allier et administrateur de la caisse locale du crédit agricole de Cérilly. Toutes ces activités avaient été à l’origine de sa nomination au grade de Commandeur du Mérite agricole en 1970.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article17511, notice BOULOIS Pierre, Jean par Fabien Conord, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 6 janvier 2009.

Par Fabien Conord

SOURCES : Arch. Dép., Allier 46 J 4. — Arch. Mun. Montluçon 3 C 40 (La Montagne, 12 août 1977 et 13 août 1977). — Office Universitaire des Recherches Socialistes — Georges Rougeron, Les administrations départementales de l’Allier : Le conseil général, tome IV : 1958-1970, Montluçon, Grande Imprimerie Nouvelle, 1978, 167 p.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément