TRÉMESAYGUES Raoul

Par André Balent

Né le 9 septembre 1927 à Laroque-d’Olmes (Ariège), exécuté sommairement le 6 juillet 1944 à Roquefixade (Ariège) ; mitron ; résistant FTPF de l’Ariège.

Fils naturel d’Angèle Trémesaygues (née le 2 août 1908 à Mollet del Vallès (Catalogne, Espagne), de nationalité française), Raoul Trémesaygues fut reconnu par sa mère le 4 août 1928. Sa grand-mère Pauline Rougé, veuve Trémesaygues, cinquante-deux ans domiciliée à Laroque d’Olmes, déclara sa naissance en mairie. Célibataire, Raoul Tremesaygues était domicilié à Laroque-d’Olmes.

Maquisard FTPF, il appartenait à la 3101e compagnie (1e compagnie de FTPF de l’Ariège) qu’il avait intégrée le 6 juin 1944. Ce jour-là, des militants plus âgés (Giret, Rivière, Dumon) réunirent une vingtaine de jeunes et leur proposèrent de rejoindre un maquis FTPF. Trémesaygues était l’un d’eux (témoignage de René Sutra de Rieucros, né en 1927, in Nadouce, op. cit., p.109).

Le 6 juillet 1944, il a été tué ou blessé, puis achevé, lors des combats de Roquefixade, au lieu-dit Rambert. Il n’avait que 16 ans au moment de sa mort.

Son corps, fut retrouvé avec ceux de 15 autres camarades le 7 juillet 1944. Il fut identifié le 16 septembre 1944 par Antoine Pérez, trente-cinq ans, de Laroque d’Olmes.

Raoul Trémesaygues a reçu la mention « Mort pour la France » et a été homologué à titre posthume soldat des FFI.

Son nom est inscrit, avec une erreur de transcription ("Tremesaygue"), sur le monument commémoratif des morts des 6 et 7 juillet 1944 à Roquefixade et sur le monument aux morts de la commune à Laroque d’Olmes.

Après avoir reçu les honneurs rendus à Nalzen puis à Pamiers aux victimes des combats de Roquedixade des 6 et 7 juillet 1944, le corps de Raoul Trémesaygues fut inhumé le 4 octobre 1944 à Laroque d’Olmes, sa commune natale et de résidence

Voir : Fusillés sommaires, exécutés les 6 et 7 juillet 1944 à Roquefixade (Ariège).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article175358, notice TRÉMESAYGUES Raoul par André Balent, version mise en ligne le 7 septembre 2015, dernière modification le 20 décembre 2018.

Par André Balent

SOURCES : Olivier Nadouce, L’Ariège, terre de résistance,. la bataille de Vira, Saint-Cyr-sur-Loire, Éditions Alan Sutton, 2008, 157 p.― Jean-Jacques Pétris, Le maquis de Roquefixade, Toulouse, imprimerie Espace repro, 1999, 125 p. ― Site histariege. ― Site Mémorial Genweb consulté le 10 décembre 2015. — État civil de Laroque d’Olmes (acte de naissance) et de Roquefixade (acte de décès). — Notes de Jean-Pierre Besse, David Aguilar et Barbara Bonazzi.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément