AURAY Clair, Louis, Marie

Par Daniel Grason

Né le 21 avril 1924 à Guenrouët (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), mort en action le 25 août 1944 place de la Concorde à Paris (VIIIe arr.) ; gardien de la paix stagiaire ; résistant FFI.

Fils d’un couple de cultivateur Clair, Eugène et Hélène, née Douin, la famille quitta la terre. Clair, Eugène devint gardien de la paix à Paris (XIVe arr.). Clair Auray habita avec ses parents 117 rue de Montrouge à Malakoff (Seine, Hauts-de-Seine). Il obtint à l’issue de l’école primaire le CEP, il poursuivit sa scolarité à l’école du 57 rue Didot (XIVe arr.) et fut reçu à l’examen du certificat de fin d’études complémentaires. Il alla suivre les cours de l’École centrale de TSF 12 rue de la Lune dans le IIe arrondissement d’octobre 1941 à décembre 1942. Il jouait au football dans l’équipe de l’école.

Clair Auray sollicita du Préfet de police un emploi de gardien de la paix, il débuta le 1er avril 1944 comme agent auxiliaire à l’École pratique. Le 25 août 1944 au cours d’un engagement avec des soldats allemands Place de la Concorde (VIIIe arr.), il fut mortellement atteint de balles au ventre et au visage. Son inhumation eu lieu le 26 août 1944 au cimetière de Bagneux (Seine, Hauts-de-Seine).
Nommé gardien de la paix stagiaire le 25 août 1944, il fut déclaré « Victime du devoir ». Cité à l’Ordre de la Nation (JO du 20 décembre 1944), décoré de la Légion d’Honneur (JO du 3 janvier 1945), le ministère des Anciens combattants lui attribua la mention « Mort pour la France », et l’homologua F.F.I.
Son nom figure sur la plaque commémorative apposée dans la cour de la préfecture de police à la mémoire des agents tombés pendant les deux guerres mondiales et au Musée de la police 4 rue de la Montagne Sainte-Geneviève à Paris (Ve arr.)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article175360, notice AURAY Clair, Louis, Marie par Daniel Grason, version mise en ligne le 22 septembre 2015, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo. KC 1. – SHD, Caen AC 21 P 10683. – Christian Chevandier, Été 44. L’insurrection des policiers de Paris, Éd. Vendémiaire, 2014. – Site internet GenWeb. — État civil.
PHOTOGRAPHIE : Arch. PPo.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément