SANTERNE Charles

Par Christian Lescureux

Né 20 octobre 1920 à Arras (Pas-de-Calais), mort 3 mars 1970 à Auchy-les-Mines (Pas-de-Calais) ; employé de coopérative ; militant aux Jeunesses communistes ; Résistant, déporté.

Fils de Charles Marie Santerne, journalier, et de Laetitia Léonore Coquerelle, Charles Santerne milita aux JC dès 1935 avec René Camphin qu’il rejoignit dans la Résistance au sein des FTP. De janvier 1941 il participa à des sabotages avec le groupe 12. (sabotages de lignes de communications, pylônes électriques, de la Centrale électrique de Courrières, de lignes de chemin de fer) .

Recherché par la Gestapo Charles Santerne entra dans la clandestinité en décembre 1941.

Le 18 septembre 1942. il fut arrêté à Sainte Catherine-les-Arras. Emprisonné à Arras puis Douai. Condamné à 5 ans de travaux forcés et 19 ans d’interdiction de séjour.
Déporté à la citadelle de Huy ( Belgique) puis en Hollande et à Loos-les-Lille.
Son jeune frère Georges Santerne a été fusillé à la citadelle d’Arras, le 1er novembre 1943 ( à 19 ans) leur mère fut déportée.

Libéré par les alliés le 1er septembre 1944, Charles Santerne devint collaborateur du comité Fédéral du PCF du Pas-de-Calais.

Il se maria le 1er décembre 1945 à Achicourt (Pas-de-Calais) avec Marie Uranie Henry.

En 1953, il partit habiter à Auchy-les-Mines (Pas-de-Calais) où il fut membre du comité de la Section du PCF.

Il fut membre du comité d’honneur de l’ANACR et de la FNDIRP.

Employé à la CCPM, coopérative de la région minière, il y fut élu responsable syndical et membre du comité d’entreprise

Il mourut le 3 mars 1970 à Auchy-les-Mines.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article175390, notice SANTERNE Charles par Christian Lescureux , version mise en ligne le 29 septembre 2015, dernière modification le 29 septembre 2015.

Par Christian Lescureux

SOURCES : Article paru dans le quotidien communiste Liberté lors de son décès. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément