HÉRAULT Clovis, Prudent, Alexandre

Par Dominique Tantin

Né le 21 août 1894 à Vernoux-en-Gâtine (Deux-Sèvres), mort sous la torture le 15 décembre 1943 à la prison de la Pierre-Levée à Poitiers (Vienne) ; cultivateur ; résistant au sein du réseau CND-Castille.

Fils de Jean-Baptiste, Marie, François, et de Philomène Louise Mariteau, domicilié route de Saint-Jean d’Angély, au lieu-dit Le Charron, commune de Saint-Florent-lès-Niort (depuis rattachée à Niort), Clovis Hérault épousa en 1930 Élise Élène Gouband. Il était père d’une fille, prénommée Jacqueline, Élise, Gilberte, née le 15 août 1930.

À compter du mois de mars 1943, il fit partie, sous le pseudonyme de « Baucis ou Baucier », du réseau CND-Castille réorganisé dans les Deux-Sèvres à la fin de l’année 1942 (après les arrestations du début de l’année) sous l’impulsion notamment d’Émile Bêche, député socialiste des Deux-Sèvres élu en 1936, chargé, sous le pseudonyme de « Bourguigon », de l’implanter dans tout le Centre-ouest. Le réseau avait besoin de caches pour les postes de radio parachutés le 13 juin 1943 dans la plaine de Tauché Sainte-Blandine près de Prahecq, non loin de Niort. Clovis Hérault fut donc contacté par Émile Bêche pour installer un émetteur à son domicile.

Mais à la fin de l’année 1943, le réseau fut victime d’arrestations en série initiées à Paris sous l’impulsion de Masuy, un agent français de la Sipo-SD. Une dénonciation faite à Poitiers au Sipo-SD eut des conséquences immédiates dans les Deux-Sèvres. Le 13 décembre au petit matin, menacé d’arrestation, Emile Bêche dut quitter précipitamment sa planque chez Charles Marché. Le 14 au matin, la Sipo-SD arrêta Clovis Hérault et son épouse. Cette dernière fut détenue à Niort jusqu’au 22 janvier 1944. Son mari fut conduit immédiatement à la prison de la Pierre-Levée à Poitiers. Il mourut le 15 décembre. Le médecin allemand invoqua une « crise cardiaque » et refusa qu’un médecin français constate le décès dont tout laisse à penser qu’il fut la conséquence des tortures qui lui furent infligées.

Reconnu chargé de mission de 3e classe, agent P2, homologué sous-lieutenant des FFC, il fut déclaré « Mort pour la France » le 28 août 1945. Le titre d’Interné Résistant lui fut attribué le 27 avril 1955.
Son nom est inscrit sur le monument aux Morts de Saint-Florent-lès-Niort, aujourd’hui commune rattachée à Niort.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article175546, notice HÉRAULT Clovis, Prudent, Alexandre par Dominique Tantin, version mise en ligne le 18 septembre 2015, dernière modification le 16 septembre 2019.

Par Dominique Tantin

SOURCES : DAVCC, Caen. — Arch. Dép. des Deux-Sèvres, 158 W 221. — Michel Chaumet, Jean-Marie Pouplain, Résistance en Deux-Sèvres, 1940-1944, Geste éditions, la Crèche, 2010, pp. 54-57.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément