BOURGEOIS Guy

Par Sylvain Boulouque

Né le 9 avril 1927 à Macon (Saône-et-Loire) ; militant anarchiste.

Né dans une famille de marchand de meubles de la ville, Guy Bougeois avait exercé le métier de vendeur représentant en meuble jusqu’à sa retraite. Guy Bourgeois adhéra au groupe de Macon de la Fédération anarchiste en 1950. Partisan d’une organisation structurée, il appartenait à la Fédération communiste libertaire. À Macon, il anima, avec une dizaine de compagnons, un organe à dimension régionale, le Libertaire de Macon qui paru de 1954 à 1962. Guy Bourgeois comme les membres de son groupe quitta la Fédération communiste libertaire en 1956 lorsque cette dernière se lança dans la campagne pour les élections législatives de 1956. Parallèlement, il participa aux réseaux de soutien au Front de libération national et au réseau d’aide aux déserteurs. Le groupe de Macon fit à partir de 1955 passer ensuite un certain nombre de documents (carnets de cotisations, matériels) et plusieurs insoumis et déserteurs en Suisse. Ils étaient aidés par les militants libertaires suisses André Bösiger et Pietro Ferroua. Comme Guy Bourgeois en témoigne, il bénéficia de l’aide de l’inspecteur de la DST qui était Franc-Maçon et signalait au Grand Vénérable des risques de perquisition, lequel prévenait Guy Bourgeois.
En 1955, il participa à la création des Groupes anarchistes d’actions révolutionnaires. Guy Bourgeois et la majorité d’entre eux adhéra à la Fédération anarchiste en 1961, ils s’y constituèrent en tendance en 1961, sous le nom d’Union générale des groupes communistes anarchistes, alors que la minorité continua à militer dans les GAAR et à animer la revue Noir et rouge dont le principal responsable fut Christian Lagant. Guy Bourgeois quitta la FA, avec une partie des militants de l’UGAC en 1967, suite aux désaccords nombreux entre les partisans d’un anarchisme organisé et ceux qui souhaitaient voir cohabiter l’ensemble des sensibilités libertaires. Guy Bourgeois participa à la transformation de l’UGAC, l’organisation est devenue Perspectives anarchistes-communistes puis Tribune anarchiste-communiste. Guy Bourgeois a participé à ces deux regroupements.
Dans le même temps, Guy Bourgeois, resté proche des positions de Georges Fontenis, était présent à la séance constitutive du Mouvement communiste libertaire fondé les 17 et 18 mai 1968, regroupant des anciens militants de la Fédération communiste libertaire et de la mouvance communiste anarchiste. Malgré son amitié pour Georges Fontenis, Guy Bourgeois comme les militants de la TAC s’en retirèrent rapidement préférant participer à des rassemblements plus larges, avec des militants du PSU, de l’Alliance marxiste révolutionnaire et des dissidents communistes et socialistes dont le but était d’analyser les pratiques autogestionnaires. Il participa au comité d’initiative pour un mouvement révolutionnaire, constitué au lendemain de mai 1968, qui devint en 1971 le centre d’initiative communiste.
À Macon, Guy Bourgeois anima un groupe intitulé « Action - Macon ». Guy Bourgeois et Paul Denais continuère jusqu’en 1987, la publication de la revue et à faire vivre le groupe du même nom, Tribune anarchiste communiste.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article17576, notice BOURGEOIS Guy par Sylvain Boulouque, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 20 octobre 2008.

Par Sylvain Boulouque

ŒUVRE : Guy Bourgeois a publié de nombreux articles dans la presse libertaire en particulier dans le Libertaire et Tribune communistes anarchistes et donné son témoignage sur la guerre d’Algérie dans L’Insurrection algérienne et les communistes libertaires française, Alternative libertaire, Sl, sd, 1992.

SOURCES : Témoignages de l’intéressé, R. Bianco, Un siècle de presse, op. cit., — S. Boulouque, Les anarchistes..., op. cit. — G. Fontenis, L’autre communisme, op. cit. —R. Biard, Le mouvement aanarchiste, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément