MASSELIER Julien

Par Jean-Marie Guillon

Né le 2 juin 1895 à Dunkerque (Nord), abattu le 8 juin 1944 à Sisteron (Alpes-de-Haute-Provence) ; électricien ; communiste.

Julien Masselier.
Julien Masselier.

Fils de Henri, Clément Masselier, charpentier, et de Marie-Louise Vandamme, sans profession, marié le 30 mars 1919 à Marguerite Bourgeois en mairie du XXe arrondissement de Paris, ce conseiller municipal communiste de Gennevilliers (Seine) fut arrêté sans doute durant le premiers semestre de 1940 alors qu’il diffusait des tracts. Il fut l’objet d’un arrêté préfectoral d’internement administratif. On ne sait dans quel centre de séjour surveillé il fut envoyé, mais, évacué devant l’invasion allemande, il se trouvait au camp de Chibron (commune de Signes, Var) à l’été. À la fermeture de ce camp, il fut transféré dans celui de Saint-Sulpice-la-Pointe (Tarn) le 16 février 1941.
Son épouse décéda le 8 septembre 1941 alors qu’il avait été condamné à la prison.
Passé par la centrale d’Eysses (Lot-et-Garonne), il fit partie du contingent de prisonniers envoyés en décembre 1943 à la forteresse de Sisteron. Il fut tué, le 8 juin 1944, sur le pont de la Baume, alors que les FTP faisaient évader une partie des prisonniers et qu’il s’apprêtait à sortir.

Le 14 janvier 1945, Julien Masselier, Pierre Timbaud, Jean Grandel, ancien maire Gennevilliers, et 7 autres habitants disparus entre 1940 et 1944 ont reçu les honneurs militaires dans une chapelle ardente dressée au marché des Grésillons. Julien Masselier est inhumé depuis cette date dans le carré des martyrs du nouveau cimetière de Gennevilliers et une rue du quartier des Grésillons porte son nom. Son nom a été donné également à la crèche départementale et à la cellule du Parti communiste. À Sisteron, sa mémoire est également honorée par un monument élevé à l’intérieur de la citadelle et par une rue de la ville.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article175909, notice MASSELIER Julien par Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 8 octobre 2015, dernière modification le 19 septembre 2021.

Par Jean-Marie Guillon

Julien Masselier.
Julien Masselier.
Sisteron (Alpes-de-Haute-Provence) : plaque à la mémoire du commandant Wilmart et de Julien Masselier
Sisteron (Alpes-de-Haute-Provence) : plaque à la mémoire du commandant Wilmart et de Julien Masselier

SOURCES : Arch. Dép. Var, 4 M 291. — Jean Garcin, De l’armistice à la Libération dans les Alpes de Haute-Provence 17 juin 1940-20 août 1944, Digne, 1983. — Patrick Liber , Rue de la Résistance, Gennevilliers, Maison des Combattants, 2000. — Mémorial de la Résistance et des combats de la Seconde Guerre Mondiale dans les Basses-Alpes, Digne, Secrétariat aux Anciens Combattants–Commission départementale de l’Information historique pour la Paix des Alpes-de-Haute-Provence, 1992. — Etat civil numérisé AD du Nord 1 Mi 404008 acte n° 544.

PHOTOGRAPHIE : AM Gennevilliers.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable