NATIVI Yves, Martial [alias Ricou]

Par Jean-Marie Guillon, Frédéric Stévenot

Né le 28 juin 1923 à Presles-et-Boves (Aisne), abattu le 17 avril 1944 à Castellane (Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence) ; maquisard des Francs-tireurs et partisans (FTP).

Réfractaire au Service du travail obligatoire (STO), venant de Cagnes-sur-Mer (Alpes-Maritimes) où il aurait été chef de chantier, Yves Nativi dont le prénom d’usage était Martial avait rejoint la 2e compagnie FTP des Basses-Alpes. Il fut abattu à coups de mitraillettes, le 17 avril 1944 au matin, à Castellane par des éléments de la 8e compagnie Brandebourg alors qu’il était en mission avec deux autres camarades qui purent s’échapper. Son corps fut laissé 24 heures en place, ses assassins ayant interdit d’y toucher. Les Brandebourg étaient venus arrêter le charron Augustin Moirac, un des chefs de la Résistance locale, futur maire de la ville après la Libération. Moirac fut blessé lors de son arrestation mais put s’enfuir. Sa maison fut dynamitée et son employé arrêté, puis déporté.
Yves Nativi fut reconnu « mort pour la France » (AC 21 P 104768) à titre militaire (FFI) et homologué FFI (GR 16 P 440374). La médaille de la Résistance lui fut décernée à titre posthume (décret du 30 janvier 2003, JO du 19/02/2003).

À la Libération, une plaque commémorative fut apposée à Castellane, là où il avait été tué, route de Draguignan. Son nom figure sur les monuments aux morts de Castellane, Valensole (Basses-Alpes) et Cagnes-sur-Mer (Alpes-Maritimes), ainsi que sur le monument commémoratif de la Résistance des Basses-Alpes, à Manosque.

Certaines sources le désignent comme étant Mativi René, mais il s’agit d’une autre personne, née à Nice le 12 février 1928 (Alpes-Maritimes) et homologuée FFI (GR 16 P 440373).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article175912, notice NATIVI Yves, Martial [alias Ricou] par Jean-Marie Guillon, Frédéric Stévenot, version mise en ligne le 8 octobre 2015, dernière modification le 14 octobre 2021.

Par Jean-Marie Guillon, Frédéric Stévenot

SOURCES : SHD, dossiers adm. résistants. Archives privées, copie du rapport du chef du service régional de police judiciaire de Marseille sur les crimes et exactions imputables à la Milice française n° 5794, 25 juin 1945. Liste des médaillés de la Résistance à titre posthume (ap. 1948). — Mémoire des Hommes SHD Caen DAVCC 21 P 104768 et Vincennes GR 16 P 440374 (nc) repris dans le Mémorial Genweb (avec erreur sur le prénom, Yvo). — Documents, témoignages, recherches n°23, sd, Musée de la Résistance azuréenne. — GARCIN Jean, De l’armistice à la Libération dans les Alpes de Haute-Provence 17 juin 1940-20 août 1944, Digne, 1983. — Sites Internet : Mémoire des hommes ; Mémorial GenWeb. — Renseignements Jean-Louis Panicacci.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément