CABAUSSEL François

Par André Balent

Né le 29 juin 1925 à Saint-Félix-de-Lauragais (Haute-Garonne), disparu le 3 août 1944 à Valmanya (Pyrénées-Orientales), considéré comme mort au combat (ou fusillé sommaire) ; résistant (FTPF) des Pyrénées-Orientales

En 1944, François Cabaussel résidait à Prades (Pyrénées-Orientales) Il intégra les rangs des FTPF (maquis « Henri-Barbusse ») (Voir Rius Sébastien).

Il participa au combat du pic Cogolló (massif du Canigou) du 28 juin 1944 lorsque un groupe de dix-huit FTPF du maquis Henri-Barbusse affrontèrent un groupe de quatre-vingt francs gardes de la Milice des Pyrénées-Orientales et quarante-cinq douaniers allemands (Voir Panchot Barthélemy ; Mestres Gilbert). Les FTPF n’eurent qu’un blessé alors qu’un milicien perpignanais fut tué.

Cabaussel suivit ensuite toutes les péripéties du maquis Henri-Barbusse jusqu’aux combats qui, du 1er au 3 août 1944 opposèrent les Allemands et la Milice aux FTPF et aux guérilleros de l’AGE (qui avaient constitué un maquis sur le versant sud, vallespirien, du Canigou) autour de Valmanya, village incendié par la Milice. Après ces combats, il fut porté disparu et considéré comme mort.

Un jugement du tribunal civil de Prades (Pyrénées-Orientales) du 26 juin 1956 estima que puisqu’il n’avait reparu depuis le 3 août 1944, on pouvait le considérer comme mort. Ce jugement fut transcrit le 28 juin de cette même année sur les registres du 1e bureau de l’état civil et recherches du ministère des Anciens combattants et victimes de guerre le considéra comme étant décédé et lui attribua la mention de « mort pour la France »

Son nom figure sur des plaques de la « grotte » qui perpétue le souvenir des tués de Valmanya (1er-3 août 1944) et des déportés de cette commune à l’exception d’Eugénie, Marie, Louise Horte, résistante, épouse de René Horte, instituteur de Valmanya et résistant. Son nom figure également sur les monuments aux morts de Prades et de Saint-Félix-de-Lauragais.

Voir Lieu d’exécution de Valmanya [Velmanya] (Pyrénées-Orientales)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article175986, notice CABAUSSEL François par André Balent, version mise en ligne le 11 octobre 2015, dernière modification le 3 août 2019.

Par André Balent

SOURCES : Arch. privées André Balent : Camille Fourquet, Le Roussillon sous la botte nazie, copie d’un tapuscrit inédit [1965]. — Ramon Gual & Jean Larrieu, Vichy, l’occupation nazie et la Résistance catalane, II b, De la Résistance à la Libération, Prades, Terra Nostra, pp. 545, 552, 734, 738 (photo), 739, 764, 920. — Georges Sentis, Dictionnaire biographique des résistants et des civils des Pyrénées-Orientales tués par les Allemands et les collaborateurs, Perpignan, Éditions Marxisme / régions, 2012, 28 p. [p. 15].

ICONOGRAPHIE : Gual & Larrieu, op. cit., p. 738.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément