ANGLADE Louis

Né le 2 décembre 1882 à Arcey (Doubs) ; cheminot ; syndicaliste unitaire et militant communiste de Meurthe-et-Moselle ; résistant dans le Var.

Garde-frein à la compagnie de l’Est, Louis Anglade était en 1924, militant communiste et membre du Comité du syndicat unitaire des cheminots de Nancy (Meurthe-et-Moselle. Pour les élections législatives de mai 1932, le Parti communiste désigna Perrouault comme candidat puis le remplaça par Louis Anglade.
Celui-ci, peut-être retraité, vint s’installer à Toulon (Var) où il ouvrit une épicerie. Son épouse Marie-Louise, née Mougenot en 1889 en Haute-Savoie, et lui mirent leur domicile et leur magasin à la disposition des responsables départementaux du Front national (FN) et des Francs-tireurs et partisans (FTP) à partir de juin 1943, date de leur adhésion officielle au FN et aux FTP. Le magasin, situé 73 boulevard Maréchal-Joffre, que Louis tenait avec sa fille, Marcelle épouse de Fernand Strack, servait de boites aux lettres pour la région et l’interrégion et de dépôt de matériel pour le maquis. Des réunions eurent lieu chez eux, aux Campagnolles, rue Victor Gelu. Ils ravitaillaient également les clandestins. Pour le commissaire aux opérations régional Vautrin alias Brunet, les époux Anglade étaient parmi les rares commerçants de Toulon sur lesquels les FTP pouvaient compter.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article176, notice ANGLADE Louis, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 3 octobre 2021.

SOURCES : Arch. Dép. Meurthe-et-Moselle, 10 M 86, Unions syndicales. — La Lorraine ouvrière et paysanne, 1er février 1930. — Arch. dép. Var 1970 W 5 et 93 J (fonds ANACR, dossiers 166 et 167). —notes Jean-Marie Guillon.

Version imprimable Signaler un complément